USA : faut-il réaffecter les canaux TV aux réseaux sans fil?

Régulations

Polémique aux Etats-Unis, où l’industrie des médias s’élève contre le projet de réaffecter les canaux libérés par la télévision numérique à l’accès haut débit sans fil, jusque dans les campagnes

Les Etats-Unis préparent leur révolution sur la télévision numérique, après que la Maison Blanche et le Sénat américain ont imposé aux acteurs de la télévision de basculer de l’analogique au digital (numérique) au plus tard en 2009.

Sur le 700Mhz, les canaux 52 à 69 ont été affectés à la télévision numérique, et 2 à 51 aux “transpondeurs” des services d’urgence et pour une soumission aux réseaux sans fil. Mais ces derniers sont très gourmands en ressources, et le marché devrait exploser avec une multiplication des services en lignes, dont d’ailleurs le ‘triple-play‘ avec la VoIP (voix sur IP) et la télévision en ligne. Parallèlement, la New America Foundation fait le constat que le marché de la télévision occupe approximativement 7 canaux haute puissance sur les 67 qui lui ont été affectés, ce qui permettrait de libérer un gros volume de canaux libres qui pourraient être utilisés par les accès sans fil, restreints à la bande 2,4Ghz des accès Wi-Fi. “Les caractéristiques de propagation large en basse fréquence, couplées à une technologie innovante d’antenne, pourraient amener le haut débit à l’Amérique rurale“, a confirmé Mary L. Brown, conseil en télécommunications de Cisco Technologies. La Federal Communication Commission (FCC), le régulateur américain des télécoms, a accueilli le projet avec bienveillance, d’autant qu’il permettrait de résoudre la question de l’accès haut débit hors des grandes villes, les seules à être couvertes actuellement. La FCC a proposé un projet d’affectation des zones blanches des canaux non occupés par l’industrie de la télévision. Mais cette dernière n’entend pas céder et veut conserver ses canaux, même si elle ne les utilise pas, et n’en a pas l’usage, d’ailleurs. La perspective du haut débit, vecteur de contenu vidéo et télévisuel, est loin de lui sourire ! Tous les arguments sont bons pour bloquer le projet. Jusqu’à affirmer -ce qui reste à prouver- que les interférences générées sur les canaux affectés au haut débit pourraient compromettre les communications des “transpondeurs” publics ! L’affaire devrait se terminer devant le Sénat américain. C’est-à-dire se résumer par un affrontement de lobbies? Il reste une idée technologique méritant que l’on s’y intéresse. Mais les liens entre les technologies, les médias, les ‘telcos’ et les pouvoirs politiques sont sans doute différents en Amérique du Nord qu’en Europe. Et la couverture des zones rurales en haut débit, pourtant qualifiée de “stratégique” par les politiques, risque d’être moins pressante aux USA que la satisfaction des médias.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur