USA : le recul du P2P, pas si simple?

Régulations

Une nouvelle étude de Pew Internet and American Life révèle que le pourcentage des internautes qui téléchargent de la musique illégalement tend à diminuer. Mais ces chiffres pourraient cacher une toute autre réalité?

En un an, le pourcentage d’internautes américains qui téléchargent de la musique à l’aide des systèmes de ‘

peer-to-peer‘ s’est réduit de 24% à 21%. La faute à qui ? Au téléchargement légal bien sûr ! 37% des internautes qui téléchargent de la musique utilisent ces services légaux, et en priorité iTunes d’Apple. Ils n’étaient que 17% en 2004 selon ‘Pew Internet and American Life‘. Au moment où l’industrie de disque se relève (lire nos articles), la nouvelle devrait réjouir ses acteurs. Sauf que l’étude révèle un autre phénomène, beaucoup plus préoccupant. Chez les internautes qui téléchargent, un sur deux aurait utilisé d’autres moyens pour s’échanger de la musique, et donc aurait continué d’écouter des titres acquis de manière illégale. Les messageries seraient ainsi un important vecteur de diffusion. Mais aussi, et c’est nouveau, la copie directe à partir d’un baladeur ‘ami’ ! C’est petites merveilles d’électronique personnelle se confirment dans leur rôle de média pirate, déjà interdit dans de nombreuses entreprises. Et si la RIAA, l’association américaine qui représente l’industrie du disque, cessait de s’attaquer aux internautes qui téléchargent pour demander l’interdiction de l’Ipod ? Mauvaise idée ! Tels qu’on les connaît, ils s’attaqueraient bien aux deux supports, et pourquoi pas interdire les Mac et les PC, faire fermer les opérateurs Internet, et interner les candidats aux Star’Ac qui prolifèrent dans lemonde ? Finalement, ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur