Veritas plombe Symantec qui s’en prend à Microsoft

Cloud

L’éditeur étrille les ambitions de sécurité de la firme de Redmond

L’acquisition de Veritas par Symantec pour 10,25 milliards de dollars en juillet dernier continue de peser sur le bénéfice trimestriel de l’éditeur. En cause, la hausse des coûts, commerciaux et de marketing.

Le bénéfice net du quatrième trimestre ressort ainsi à 119 millions de dollars, soit 11 cents par action, contre 120 millions (16 cents) un an auparavant. En revanche, le chiffre d’affaires du groupe s’envole à 1,24 milliard de dollars contre 712,7 millions, grâce à une forte demande de son logiciel de sécurité Norton Internet Security et à une forte croissance dans toutes les régions, au Japon notamment. Pour le premier trimestre du nouvel exercice, le concepteur de logiciels de sécurité anticipe des revenus de 1,20 à 1,23 milliard de dollars. Par ailleurs, lors de la conférence annuelle de Symantec, son directeur général, John Thompson, a dit tout le mal qu’il pensait des ambitions de Microsoft dans la sécurité. “Notre stratégie est d’innover encore plus que Microsoft. Nous en savons plus au niveau de la sécurité qu’ils n’en sauront jamais. (…) La compétition avec Microsoft est inévitable” a déclaré le dg qui dit ne pas s’inquiéter de l’intégration d’un anti-virus (Windows Live OneCare) dans Vista. Et d’enfoncer le clou: “Symantec est synonyme de sécurité. Microsoft est synonyme de beaucoup de choses mais la sécurité n’en fait pas partie”. Gates et Ballmer apprécieront.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur