Verizon: le rachat de MCI pèse sur le bénéfice mais dope les revenus

Cloud

Le premier opérateur téléphonique des Etats-Unis profite d’abord de sa filiale mobile

Le coût de la fusion de Verizon avec MCI a pénalisé les bénéfices trimestriels du premier opérateur téléphonique américain. Pour les trois premiers mois de l’année, le groupe fait état d’un bénéfice de 1,63 milliard de dollars, soit 56 cents par action, contre 1,76 milliard (63 cents/action) un an plus tôt avant l’acquisition de MCI, soit une baisse de 17%.

Mais le rapprochement a eu des effets logiquement positifs sur le chiffre d’affaires qui grimpe à 22,74 milliards de dollars contre 18,18 milliards au premier trimestre 2005, sans MCI. Par ailleurs, le groupe ajoute être en avance sur ses prévisions d’économies dégagées par la fusion, qu’il avait initialement évaluées à 550 millions de dollars pour 2006. Ces réductions de coûts passeront notamment par la suppression d’environ 3.500 emplois cette année. Comme tous les opérateurs historiques, Verizon est d’abord porté par les mobiles. Sa filiale Verizon Mobiles, détenue avec Vodafone, a généré au premier trimestre un chiffre d’affaires en croissance de 18,8% à 8,8 milliards de dollars. La coentreprise a conquis un solde net de 1,7 million de nouveaux clients en trois mois. L’opérateur a souligné que le taux de désabonnement (churn) de ses abonnés mobiles était tombé à un plus bas historique de 1,18%. Cette pépite pousse Verizon à envisager à nouveau un rachat des parts de Vodafone dans Verizon Wireless. Fin mars, Verizon comptait un total de 53 millions d’abonnés, contre 55,8 millions pour son concurrent Cingular.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur