Vers la fin du dumping chinois dans les télécoms en Europe?

JuridiqueMobilitéRégulationsRéseaux
Europe Huawei ZTE (crédit photo © Lightspring - shutterstock)

Le conflit opposant la Commission européenne au gouvernement chinois accusé de financer les équipementiers chinois à l’exportation pourrait trouver son issue à la fin du mois.

L’affaire remonte au début de la décennie. Elle pourrait trouver son issue avant la fin du mois. L’Union européenne et la Chine seraient sur le point de conclure un accord mettant fin à leur différend sur la question du dumping des équipementiers chinois, avance l’agence Reuters.

Chargé de l’affaire, le commissaire européen au Commerce, Karel de Gucht, souhaiterait clore le dossier avant son départ de Bruxelles le 31 octobre prochain. Selon des sources confidentielles, le commissaire serait prêt à clore son enquête si Pékin accepte de faire certaines concessions. A savoir, l’arrêt, ou la limitation, des aides à l’exportation que le gouvernement chinois octroie à ses champions nationaux Huawei et ZTE qui leur permet de pratiquer des prix anticoncurrentiels pour leurs concurrents européens Ericsson, Alcatel-Lucent et Nokia Networks.

Des tarifs inférieurs de 18%

Ces pratiques permettent aux fournisseurs chinois de pratiquer des tarifs de 18% moins élevés que ceux du marché, rapporte le document consulté par Reuters. Elles ont notamment aidé Huawei à passer sa part de marché de 2,5% en 2006 à 25% en 2013 en Europe.

Malgré ce déséquilibre commercial, les équipementiers européens n’avaient pas souhaité porter plainte contre leurs concurrents asiatiques devant la Commission de peur de représailles sur le marché chinois. Ce qui aurait poussé Karel De Gucht à lancer lui-même l’enquête à l’encontre des pratiques commerciales de la Chine.

Collaboration industrielle

Les autres points de l’accord sino-européen concernent notamment la surveillance de la part de marché des équipementiers chinois en Europe et celle des européens en Chine, ainsi qu’une collaboration en matière de recherche industrielle et de standardisation dans le secteur des télécoms. Autant de questions qui pourraient resurgir à l’occasion du 10e sommet Asie-Europe qui se tiendra à Milan les 16 et 17 octobre avec la présence du Premier ministre chinois, Li Keqiang.

crédit photo © Lightspring – shutterstock

Lire également
Huawei et ZTE dans le collimateur de l’Union européenne
L’Europe retarderait son enquête sur Huawei et ZTE


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur