Vers une scission de STMicro en 5 sociétés ?

Cloud

Il s’agirait d’insufler plus de compétitivité aux sites de production. Les syndicats doutent et boudent

Le fabricant franco-italien de semiconducteurs, STMicrolectronics, est-il à l’orée d’une profonde réorganisation ? Selon

Le Monde de ce 21 septembre, la direction du groupe a présenté le 13 septembre dernier, un projet visant à scinder l’entreprise en cinq entités.

Le nouvel ensemble serait constitué autour d’une SA holding (société anonyme), englobant le siège et coiffant quatre SAS, filiales à 100% du groupe, précise le quotidien. Chaque SAS correspondrait aux quatre sites de production du groupe: Tours, Rousset, Grenoble et Crolles.

Pour mieux résister à la concurrence ?

“L’idée est de redonner aux sites plus d’identité propre et de compétitivité en fonction de leurs choix locaux”, explique au quotidien un porte-parole de STM.

Par ailleurs, ce fractionnement permettrait d’échapper au plafonnement à 10 millions d’euros des crédits d’impôt recherche et d’obtenir 15 à 20 millions supplémentaires.

Mais les syndicats avancent une autre explication:

“Fragmenter pour obtenir plus de crédits impôt est disproportionné”, souligne Marc Leroux, délégué central CGT.

Il poursuit: “Cette disproportion conduit à s’interroger sur d’autres motivations que les officielles”.

Exemple? Préparer le terrain à d’éventuels rapprochements…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur