Virés par SMS: la méthode élégante !

Régulations

Les 2.500 employés d’une entreprise britannique ont appris leur licenciement par SMS. Vous avez dit terrorisme social?

Les dirigeants du cabinet d’audit PriceWatterhouseCoopers (PWC), et de leur filiale britannique The Accident Group (TAG), sont d’une grande classe. TAG qui licencie 2.500 employés leur a appris la mauvaise nouvelle en leur envoyant un message court sur leur téléphone mobile, a-t-on appris de sources concordantes.

Le message leur demandait d’appeler un numéro de téléphone, où ils devaient écouter un message enregistré par PWC et qui les informait sur les licenciements dans leur entreprise. “Tous ceux qui vont conserver leur emploi seront contactés aujourd’hui. Si on ne vous a pas parlé, cela signifie que vous êtes licencié avec effet immédiat”, disait le message, qui précisait en outre qu’il n’y avait plus d’argent pour payer les salaires de mai. La meilleure manière d’avancer, selon PWC PWC s’offusque à peine de la méthode employée. “Je dois m’excuser pour la nature de cet appel. J’aurais préféré le faire face-à-face, mais vu le temps dont nous disposons, cela n’a pas été possible”, poursuit le message. “La situation idéale serait d’avoir tout le monde dans une pièce, mais on ne pouvait pas le faire. Cela semblait être la meilleure manière d’avancer”, indique laconiquement une porte-parole du célèbre cabinet d’audit. Du côté des syndicats, on est tout simplement écoeuré. “C’est une manière de gérer les licenciements qui bat tous les records de médiocrité. Cette situation ne pourrait pas se produire sur le continent où les employés bénéficient d’une forte protection de l’emploi, de droits à être consultés et informés”, a ainsi réagi le syndicat Amicus.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur