Vishal Sikka, ex-SAP, prend la direction de la SSII indienne Infosys

RégulationsSSII

L’ex-directeur technique de SAP prend, comme le laissait entendre la presse indienne, la tête de la SSII Infosys. Un mastodonte employant plus de 160 000 personnes… 2,5 fois plus que le premier éditeur européen.

Comme le laissait entendre récemment la presse indienne, Vishal Sikka, l’ex-directeur technique de SAP parti brutalement de l’éditeur voici quelques semaines seulement, devient Pdg de la SSII indienne Infosys. C’est aussi le premier dirigeant d’Infosys à ne pas avoir participé à la création de l’entreprise.

L’arrivée de Vishal Sikka, fils d’un employé des chemins de fer et né en Inde avant d’aller faire ses études aux Etats-Unis (il est notamment diplômé de Stanford), intervient environ deux mois et demi après l’annonce de la volonté de l’actuel Pdg, SD Shibulal, de prendre sa retraite. L’arrivée de celui qui est considéré comme le père de la plate-forme In-Memory SAP Hana pousse vers la sortie deux autres dirigeants actuels : Narayana Murthy, président exécutif qui avait repris l’année dernière un rôle opérationnel au sein de l’entreprise qu’il a co-fondé, et S Gopalakrishnan, vice-président exécutif.

Accélérer dans le logiciel

Le retour de Narayana Murthy s’était traduit par une vague de départs parmi les cadres dirigeants de la SSII. Après son retrait, il restera président émérite de la société qu’il a créée avec six autres développeurs en 1981.

A travers le plan Infosys 3.0, la société a entamé sa mutation vers les plates-formes et le logiciel, avec pour objectif de réaliser un tiers de l’activité sur ces segments encore émergents (qui contribuent aujourd’hui à hauteur de 6 % du chiffre d’affaires). Le profil de Vishal Sikka semble indiquer la volonté d’Infosys d’accélérer sur ce segment.

Employant plus de 160 000 personnes et présent quasiment partout dans le monde, Infosys a enregistré un chiffre d’affaires de 8,25 Md$ lors de sa dernière année fiscale, terminée fin mars. Un chiffre en progression de 11,5 % sur un an. Les profits ont atteint 1,75 Md$ (+ 1,5 %).

En complément :

– Faut-il encore avoir peur de l’offshore informatique en France ?
– Gartner : le Cloud menace les SSII offshore


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur