Vivek Badrinath (Orange Business): «Le cloud est le terrain naturel d’un opérateur»

M2MRéseaux

A travers son programme Conquêtes 2015, Orange Business Service va accélérer son développement à travers ses offres vidéo, M2M et cloud computing à l’international.

Orange Business Services (OBS) affiche de grandes ambitions tant en France qu’à l’international où l’intégrateur opère dans 220 pays. Une ambition affichée dans le plan Conquêtes 2015 évoquée début juillet. Un plan que Vivek Badrinath, directeur exécutif du groupe, a détaillé ce jeudi 9 septembre. « Les entreprises ont de nouveaux besoins, affirme-t-il, et notre positionnement au confluent  »

Globalement, OBS poursuivra le déploiement de ses solutions de communication et de collaboration simplifiées, d’applications verticales, et de contacts clients tout en négociant le virage virage de la croissance sur les nouveaux réseaux. « Le marché des produits traditionnels (liaisons louées…) a vocation à se réduire », confirme le responsable. Les relais de croissance passeront notamment par la fibre optique, qui constituera 40% des offres IP VPN en 2015, et l’Ethernet 10 Gbit.

Encouragé par une sortie de crise palpable (« on constate une légère reprise, malgré un contexte économique frileux, à travers de nouveaux dossiers qui apparaissent en télécoms et informatique », selon le dirigeant), OBS entend poursuivre son développement pour se positionner parmi les leaders mondiaux. Un développement qui passera par la conquête des marchés émergents, Chine et Inde mais aussi Afrique et continent Américain (Nord et Sud). Le groupe ambitionne de générer 1 milliard d’euros, pas moins, de chiffre d’affaires à l’horizon 2015. Un objectif en phase avec le développement des projets en cours, précise Vivek Badrinath.

Début de la vague de croissance de la téléprésence

L’intégrateur concentrera donc ses efforts sur les services, le Machine-to-Machine (M2M) et le cloud computing. Les services seront principalement portés par les développements des solutions de vidéo communication et téléprésence (offre Open Videoprésence). Sur ce point, Vivek Badrinath constate « le sentiment d’un début d’une vague de croissance » après un rendez-vous manqué en 2009 pour cause de « processus décisionnels complexes car il touche directement les P-dg », précise Philippe Roger à la direction du secteur grands comptes.

Si la réalité des solutions techniques de téléprésence ne sont plus à démontrer, le marché ne pourra se développer qu’accompagné des services de gestion. « La conciergerie et la gestion de service est aussi importante que l’évolution technologique », insiste Vivek Badrinath. Ambition: devenir le numéro 1 en France et dans les trois premiers acteurs à l’échelle mondiale.

Autre facteur de développement, le M2M. « Une nouvelle vague arrive après l’industrie et le secteur marchand », soutient le dirigeant. A savoir les compteurs télémesurés (à commencer par le remplacement des compteurs électriques résidentiels) et l’industrie automobile qui intègre toujours plus d’outils de communication, à la fois dans l’environnement du véhicule mais aussi entre celui-ci et ses occupants. « Demain, de plus en plus d’objets seront interconnectés. » Et OBS se fait fort d’assurer la communication en produisant pas moins de 10 millions de cartes SIM en 2015. En parallèle, l’entreprise poursuit ses efforts dans la standardisation du marché.

500 millions d’euros dans le cloud

Enfin, le développement de l’informatique déportée dans nuage passera par une approche ciblée tant pour les cloud privés que publics et hybrides. « Le cloud est le terrain naturel d’un opérateur », avance Vivek Badrinath. OBS se contentera d’accompagner les entreprises dans la migration de leur infrastructure en apportant une offre de services basiques de connectivité, facturation, reporting et flexibilité. « Mais nous ne nous positionnons pas sur le développement et le support d’application métier », précise le directeur exécutif.

L’offre se concentrera notamment sur les solutions de communications unifiées (notamment suite au partenariat signé avec Microsoft et renforcé par l’acquisition d’Alsy) mais aussi l’infrastructure virtualisée pour l’hébergement de site web, d’applications, etc., qui seront servis sous le nouveau label «Flexible Computing». L’intégrateur présentera plus en détails ses offres cloud dans les mois à venir. A noter qu’elles seront notamment soutenue par le data center de 40 megawatt en cours de construction à Val de Rueil (Eure) qui servira également aux équipes d’Orange. A l’horizon 2015, l’intégrateur entend dégager 500 millions d’euros de son activité de solutions «as a service».


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur