Vivendi Universal confirme sa santé retrouvée

Cloud

Le groupe de communication boucle 2004 dans le vert et divise sa dette par quatre

Les années noires semblent bel et bien terminées pour le géant Vivendi Universal. Pour la première fois depuis quatre ans, le groupe français de communication termine une année dans le vert avec un bénéfice net part du groupe de 754 millions d’euros en 2004 contre 1,143 milliard de perte un an plus tôt.

L’entreprise confirme ainsi les bons résultats entrevus lors des premiers trimestres de l’année: son recentrage autour de son coeur d’activité (télécom, télé, musique, jeux-vidéos) et une restructuration à marche forcée auront donc porté leurs fruits. Les pertes abyssales enregistrées depuis 2000 appartiennent désormais au passé: Vivendi promet un résultat net ajusté en croissance d’au moins 20% en 2005. La dette nette a été divisée par près de quatre passant de 11,565 milliards d’euros fin 2003 à 3,135 milliards fin 2004. “Pour la première fois depuis quatre ans (VU) annonce un résultat positif, et va, pour la première fois en trois ans, distribuer un dividende”, a souligné dans un communiqué le PDG de VU Jean-René Fourtou, affirmant: une “nouvelle ère s’ouvre devant nous”. Principal moteur du groupe, la filiale à 56% de VU SFR-Cegetel a contribué pour 2,25 milliards d’euros à son bénéfice d’exploitation, en hausse de 18% sur celui de 2003. Le résultat d’exploitation de l’activité mobile a progressé de 20%, à 2,33 milliards d’euros, tandis que l’activité fixe et internet a enregistré une perte d’exploitation de 75 millions d’euros sur l’année, en raison des coûts commerciaux et techniques liés au lancement de l’offre internet Haut Débit, a précisé VU. Filiale à 100% de VU, Groupe Canal+ a enregistré un résultat d’exploitation de 198 millions d’euros en 2004 contre 247 millions en 2003, soit une baisse de 20%. En base comparable, le résultat d’exploitation s’est élevé à 184 millions , en hausse de 94% sur 2003 où il était de 95 millions d’euros. Le résultat d’exploitation de l’activité télévision à péage en France s’établit à 151 millions d’euros, en hausse de 18% sur 2003 sur une base comparable tandis que l’activité cinéma du groupe progressait elle de 57% en base comparable à 38 millions en 2004. La filiale jeux vidéo Vivendi Universal Games (VUG) a enregistré une perte d’exploitation de 183 millions d’euros sur l’exercice 2004, contre une perte de 201 millions d’euros en 2003. Elle a renoué au quatrième trimestre avec une exploitation bénéficiaire (2 millions). Universal Music Group (UMG), première Major mondiale du disque, a enregistré un résultat d’exploitation de 338 millions contre 70 millions d’euros en 2003. Preuve que le marché de la musique se redresse malgré l’essor du peer-to-peer!


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur