VMware invite ses partenaires sur la voie de l’IT as a Service

RéseauxVirtualisation

Lors du VMware Partner Exchange 2011, l’éditeur a réaffirmé l’attention qu’il porte à ses partenaires, et le souhait de les faire monter en compétences pour augmenter leurs revenus.

« VMware a réellement modifié la manière dont les utilisateurs accèdent à l’informatique, sans avoir à ‘faire de l’informatique’, a lancé Paul Maritz, CEO de VMware, un ouvrant l’événement consacré aux partenaires de l’éditeur à Orlando. La vraie question est : Comment devenir efficace? Les entreprises ont besoin d’une agilité informatique pour y parvenir. Or, l’infrastructure faisant tourner les applications, il convient de se demander comment nous leur fournissons ces applications. »

Face aux 3.300 revendeurs et intégrateurs venus du monde entier, le dirigeant a expliqué combien le cloud computing incarnait une évolution majeure de l’informatique : « La virtualisation, composante majeur du cloud, simplifie comme jamais l’informatique et sa gestion. Et le cloud impacte directement la pile [stack] du système d’exploitation, mais aussi les applications. Non seulement il amène une automatisation optimale et maîtrisée, mais il définit aussi de nouveaux modes de développement applicatifs. »

Un monde sans l’hégémonie de Windows ?

Pour Paul Maritz, « l’informatique d’entreprise entre de plain-pied dans ‘le nouveau monde post-Windows’, dans laquelle les systèmes d’exploitation dominants ont perdu leur hégémonie face à la virtualisation qui devient l’environnement de premier plan. Et nous sommes tout juste à l’aube de cette nouvelle ère qui va durer très longtemps! »

Le foisonnement des périphériques comme l’iPad par Apple, et les multiples smartphone et tablettes sous Google Android illustre cette tendance de nouveaux terminaux clients, alternatifs aux uniques PC sous Windows devenu «le standard» pour accéder aussi bien au réseau d’entreprise qu’aux services cloud.

Une vision bien au-delà de l’infrastructure matérielle

Le cloud nécessite une nouvelle approche, et VMware se positionne clairement sur l’infrastructure matérielle, mais aussi logicielle. Avec vSphere, l’éditeur apporte la base de l’infrastructure pour le cloud automatisé afin de virtualiser le réseau, le stockage, les serveurs… pour apporter l’élasticité (l’entreprise se contente d’utiliser les applications et vSphere adapte automatiquement les besoins matériels), l’automatisation et le multitenant. En outre, VMware se place aussi sur le PaaS (Platform as a Service) Avec VMware vFabric (lancé en août 2010) sur lequel s’appuie le framework Spring (Rachat de SpringSource en août 2009). Enfin, la troisième brique : l’environnement informatique du poste utilisateur, avec VMware View permettant de virtualiser l’environnement du poste utilisateur qui reçoit un flux de son image stockée sur le cloud, et ThinApp pour la virtualisation d’application.

Armé de ce trident, VMware veut amener l’entreprise vers ce qu’il appelle l’IT as a Service, reposant sur la fourniture automatisée de services via un catalogue de services pour l’utilisateur, et des outils et technologies destinées aux informaticiens chargés de définir et de concevoir ces services.

Des opportunités plutôt techniques

« Le cloud et la virtualisation arrivant aux deux premiers rangs des préoccupations des DSI. En 2010, 31 % des serveurs sont virtualisés. En deux ans, nous pensons faire passer ce chiffre à 56 %, et à plus long terme à 76 %, soit une multiplication par deux du nombre de licences de virtualisation. Vos compétences acquises sont donc toujours d’actualité », a précisé Raghu Raghuram, directeur général et vice-président en charge de la division Serveurs chez VMware. Ce qui rassure une bonne partie de l’auditoire, déjà au courant…

Pour accompagner l’accomplissement de la vision « IT as a Service » sur le terrain, VMware propose plusieurs leviers à ses partenaires pour augmenter leur chiffre d’affaires à travers de nouvelles opportunités : l’infrastructure, la sécurité et continuité d’activité, et l’administration des clouds.

« Les attentes des entreprises sont une excellente occasion de les accompagner dans le voyage vers l’IT as a Service, en sécurisant leurs applications critiques installées sur le cloud. Au-delà de vos compétences actuelles sur la virtualisation, la continuité d’activité devient donc un levier supplémentaire. Et ceux d’entre vous qui ont investi sur vCenter Site Recovery Manager ont réalisé deux fois plus de chiffre d’affaires que les autres. En 2010, cette solution a enregistré une croissance de 50 % !», annonce Raghu Raghuram.

VMware Building a Cloud
Les solutions de VMware pour construire des infrastructures cloud.

Reposant sur la brique de fondation des clouds (publics ou privés multitenants) vSphere,
vCloud Director – lancé en septembre 2010 – permet de concevoir des catalogues de services en regroupant les ressources disponibles pour créer des portails de service ou des datacenters virtuels. Composant de Director, vShield sécurise les abords du datacenter, les applications et les postes de travail. De son côté, la famille de logiciels vCenter assure la gestion et l’exploitation des environnements vSphere.

Tous ces outils de sécurité et d’administration du cloud offrent des opportunités de prestation à forte valeur ajoutée, à condition d’investir dans des formations avancées. VMware a donc créé des formations et certifications en ce sens. « La gestion de la virtualisation des serveurs passera de 1 milliard de dollars en 2011 à 1,65 milliard en 2012 et à 2,4 en 2013, soit une croissance de 76 % ! », mentionne Raghu Raghuram.

Quelques annonces et surprises

Au cours des présentations, trois produits ont été annoncés ou préannoncés. Déjà disponible, vCloud connector est un plug-in gratuit pour vSphere qui permet de connecter les clouds privés ou publics ou datacenters virtuels vSphere entre eux.

Bientôt « dans les bacs », VMware View 4.6 incarnera la nouvelle génération de virtualisation de poste de travail. Et en mars, un client View for iPad sera disponible : de quoi faire tourner du Windows sous iPad. Étonnant, non ?
Connu sous le nom de code Horizon, « l’Enterprise app store » permettant un accès unique et sécurisé (Single Sign On ou SSO) aux catalogues de services du cloud privé, mais aussi des clouds publics agréés par la DSI.
Enfin, la solution de messagerie en mode SaaS Zimbra (racheté à Yahoo), dont la version 7 a été lancée en début de semaine, pourra intégrer le projet Horizon, et donc afficher un catalogue d’applications Saas (ou le catalogue de services internes) en SSO. Mais aucune date n’a été précisée sur ce point.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur