VMWorld 08 : Un OS VMWare pour Datacenter Virtuel

Réseaux

Le leader de la virtualisation annonce Virtual Datacenter Operating System, et se renforce sur le stockage, le réseau et le Cloud Computing

Las Vegas – Lors de l’ouverture de VMWorld 2008 à Las Vegas, VMWare a dressé une feuille de route proposant de multiples technologies et produits (dont certains déjà existants) qui enrichiront son produit VMWare Infrastructure. L’ensemble étant appelé à former un “super système d’exploitation” qu’il a baptisé VDC-OS pour Virtual Datacenter Operating System.

Objectif pour l’entreprise : regrouper toutes ses ressources matérielles (composants serveur, stockage et réseau) en un nuage (Cloud) sur site, avec la possibilité d’étendre ce “nuage” à des Clouds externes afin de profiter d’une capacité de calcul supplémentaire.

« Nous devons absolument évoluer de la virtualisation autour de l’hyperviseur vers un système d’exploitation pour datacenter virtuel (Virtual DC OS), avec nos technologies et surtout avec de nombreux partenaires,»affirme Paul Maritz, le dirigeant fraîchement nommé (juillet 2008). Ainsi, l’éditeur travaille avec Intel sur l’hyperviseur (vCompute), avec Cisco sur la virtualisation réseau (vNetwork), et avec de nombreux partenaires (IBM, HP, NetApp, Hitachi, EMC –bien sûr-, etc.) sur le vStorage pour la protection et la reprise après incident. « Quant aux Application vServices, précisant le besoin en ressources et en qualité de service attendue par les applications, nous oeuvrons activement à la définition de standards ouverts, » souligne le dirigeant. Enfin, pour vCenter, permettant de gérer les environnements, tous les acteurs du secteur se font un devoir de coopérer entre eux, de CA à BMC, en passant par IBM et HP…

vmware_vdc_os.jpg

La stratégie du vEverything

Comment se coordonnent donc les éléments de VDC-OS ? Les services d’infrastructure (Infrastructure vServices) réunissent toutes les ressources physiques disponibles (serveurs, stockage et réseau) en un seul ensemble logique. Ensuite, VDC-OS se charge de les allouer aux applications selon des règles prédéfinies (engagements de qualité de service : sécurité, performances, disponibilité, etc.). Et ce, quel que soit le système d’application, le framework de développement ou l’architecture pour lesquels elles ont été conçues. De leur côté, les Cloud vServices réunissent les capacités de calcul des Clouds internes ou externes. Pour favoriser cette dynamique, VMWare a même lancé la vCloud Initiative soutenue par des partenaires comme BT, Rackspace, Savvis, Sungard, T-Systems ou Verizon Business.

Une élasticité favorisant l’allocation dynamique aux applications incarne la promesse la plus intéressante est certainement la plus attendue. La panacée en quelque sorte… Néanmoins, VMWare, spécialiste des architectures X86, sera-t-il bien reçu avec un OS destiné tout le datacenter par des entreprises disposant également d’autres architectures pour leurs applications opérationnelles ?

Encore là, toujours devant…

Le leader de la virtualisation compte bien sur son événement annuel à Las Vegas pour démontrer qu’il déteint une belle avance, une base installée enviable, et des partenaires technologiques. Mais ces derniers poussés par leurs clients et le marché vers la virtualisation ont-ils réellement le choix ? Un argument de “contrainte diplomatique” souvent avancé pour Microsoft, qui peut également s’appliquer à VMWare. En effet, comment ignorer les prises de positions d’un tel leader, y compris lorsqu’il fait une incursion remarquée dans le réseau, le stockage… ? D’ailleurs, la présence et les annonces des géants de l’informatique lors de cet événement suffisent à l’illustrer : HP, IBM, Intel, NetApp, Cisco, etc.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur