Vodafone choisit Windows Mobile

Cloud

L’éditeur marque un gros point grâce à ce contrat

La guerre des OS mobiles pour smartphone fait rage à mesure que le marché des téléphones mobiles intelligents explose. Sur ce terrain, le leadership est assuré par Nokia et son Symbian (50% de parts de marché). RIM tire son épingle du jeu grâce au succès de sa plate-forme Blackberry et PalmOS s’effondre.

Mais le vrai challenger, c’est Windows Mobile de Microsoft. Après un départ poussif, la version 5.0 du système d’exploitation permet à l’OS de véritablement s’imposer, même s’il demeure encore un acteur de ‘petite taille’. Après des fabricants comme HTC (Qtek) ou encore Palm, c’est au tour d’opérateurs de taille de choisir la technologie ‘made in Redmond’.

Ainsi, Vodafone, premier opérateur européen, équipera ses nouveaux téléphones portables avec Windows Mobile 5.0. L’éditeur indique qu’il travaillait à des accords similaires avec d’autres acteurs du secteur.

“Vodafone est le premier à faire ce choix, mais il existe d’autres groupes et nous entamerons des discussions avec eux”, a déclaré lors d’une interview téléphonique Pieter Knook, vice-président de la Mobile and Enbedded Devices Division chez Microsoft.

Grâce à cet accord stratégique, Microsoft pense doubler cette année les ventes de mobiles équipés de son OS et afficher une croissance importante en 2007. En 2005, six millions de mobiles Windows ont été écoulés contre 33 millions pour Symbian.

Mais une menace pointe à l’horizon: celle de Linux. De nombreuses initiatives ont lieu. Dernière en date, Motorola, NEC, NTT DoCoMo, Panasonic, Samsung et Vodafone entendent proposer et supporter dès la fin 2007 une version globale de Linux pour les téléphones mobiles, les PDA et autres appareils portables. Mais les concrétisations se font attendre: à ce jour, la part de marché du pingouin dans le mobile ne dépasse pas les 1%.

Pour autant, Diffusion Group, table sur un nouveau partage du marché en 2010. A cette date, Symbian devrait être dépassé par Windows Mobile et par Linux, et ne possédera plus qu’une part de marché de 22 %, contre 28 % pour Microsoft et 26 % pour Linux. Ce basculement s’expliquerait par l’adoption massive et rapide de la 3G dont les contenus multimédias seraient mieux adaptés à des combinés motorisés par Microsoft ou Linux. Ce qui reste à prouver !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur