Vodafone fait un bilan de sa 3G et annonce le HSDPA

Régulations

Le premier opérateur mondial annonce avoir vendu 4,35 millions de téléphones portables de troisième génération

La 3G ou UMTS semble décoller en Europe. Vodafone, premier opérateur mondial en termes de chiffres d’affaires revendique fièrement avoir écoulé 4,35 millions combinés de troisième génération à la fin août, soit un million de plus depuis juillet. Ses services 3G ont été lancés en novembre 2004.

Il indique également avoir vendu 400.000 cartes PC permettant d’accéder à un réseau 3G. L’opérateur espère compter 10 millions d’abonnés à ses services 3G à la fin de son exercice fiscal, en mars 2006. En juillet, la société revendiquait 3,3 millions de clients UMTS. Pour confirmer cette tendance, l’opérateur veut proposer 15 nouveaux combinés de ce type d’ici Noël. Seule la variété paye! Ces mobiles seront notamment fabriqués par Sharp, Samsung et Motorola. En France, sa filiale SFR a annoncé avoir passé le cap des 300.000 abonnés et vise toujours 500.000 clients pour la fin de l’année (voir notre article). Surtout, Vodafone a annoncé dans un communiqué qu’il lancera l’HSDPA pour High Speed Downlink Packet Access, considérée comme la prochaine version de l’actuelle 3G, à partir du premier semestre 2006. Cette technologie mobile est sur toutes les bouches depuis le dernier Congrès mondial 3GSM en février dernier à Cannes. Evolution de la 3G, il promet, pour ne pas changer, des débits encore plus élevés et une meilleure souplesse d’utilisation. Mais là où l’UMTS a mis beaucoup de temps à être déployé et lancé, l’arrivée du HSDPA pourrait être beaucoup plus rapide. Car cette technologie ne nécessite pas un nouveau réseau, mais l’adaptation du réseau 3G existant. Equipementiers et opérateurs européens se disent donc prêts à se lancer très vite, cette année pour certains. Ericsson, dont les solutions HSDPA sont bouclées, explique la technologie. “Le HSDPA est donc une évolution standardisée du protocole WCDMA”, explique Abdelkrim Benamar, Directeur de la Stratégie et du Business Développement d’Ericsson France. Côté débits, le HSDPA promet une vitesse maximum de 14 Mb/s… La 3G et ses 384 kb/s peut aller se rhabiller! Mais en réalité, le débit n’est pas limité par le réseau mais par les terminaux, explique Didier Bergès, ingénieur chez l’équipementier. Selon la catégorie des combinés (ou des cartes PCMCIA), le débit théorique oscillera entre 0,9 Mb/s à 14 Mb/s. En France, Bouygues Télécom, qui a fait l’impasse sur l’UMTS pour se concentrer sur Edge (technologie intermédiaire entre le GPRS et l’UMTS) promet un lancement en 2006. “La stratégie de Bouygues Telecom en matière de haut débit est fondée sur des technologies complémentaires: Edge et HSDPA”, insiste l’opérateur. Pour autant, des questions restent en suspens. Le problème des combinés qui a déjà pénalisé l’UMTS risque aussi de faire patiner le HSDPA. En effet, si les prochains mobiles et cartes 3G seront compatibles HSDPA, ceux qui ont été vendus jusqu’à aujourd’hui ne le sont pas. Et il faudra de sacrés argumentaires pour convaincre les utilisateurs et notamment les professionnels de remettre la main à la poche. Surtout si HSDPA est lancé rapidement. Par ailleurs, cette technologie ne sera pertinente que lorsque la couverture 3G sera achevée. Ce qui n’est pas le cas partout. Loin de là. Toujours intéresé par une montée dans SFR

Encore une fois, Vodafone réaffirme être intéressé par une éventuelle prise de contrôle du français SFR, dont il possède 44% au côté de Vivendi Universal. Régulièrement, l’opérateur fait part de cette volonté qui s’oppose à celle de Vivendi. SFR-Cegetel est la pépite du groupe de médias qui n’envisage pas d’en perdre le contrôle.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur