Vodafone prêt à débourser 18 milliards pour l’indien Hutchison Essar

Cloud

L’opérateur est également convoité par deux groupes

Vodafone ne cache plus son jeu et affiche ses ambitions en Inde. L’opérateur britannique entend investir dans les marchés émergents, constatant le ralentissement des marchés européens. Après la Turquie (en rachetant Telsim), il confirme envisager une prise de contrôle du quatrième opérateur mobile indien Hutchison Essar.

Pour ce faire, il aurait déposé une offre qui valorise le groupe indien entre 17 et 18 milliards de dollars, selon le Financial Times. Il faut dire que le marché indien a de quoi susciter les convoitises. A la fin octobre, le pays comptait 136,2 millions d’abonnés au téléphone mobile, 6,7 millions de plus que le mois précédent.

“Le conseil d’administration de Vodafone continue de croire que le marché du mobile en Inde recèle un grand potentiel” et une telle opération ” serait conforme à sa stratégie d’acquisitions sélectives dans les marchés en développement”, explique le groupe dans un communiqué.

Rappelons que Vodafone a déjà un (petit) pied en Inde via sa participation de 10% dans le numéro un Bharti Airtel.

Mais Hutchison Essar n’intéresse pas que Vodafone. Essar, déjà propriétaire de 33% du capital de la coentreprise Hutchison Essar, a aussi déposé son offre sur le solde du capital de l’opérateur indien par l’intermédiaire des banques d’affaires Morgan Stanley et Bear Stearns, qui ont rencontré des responsables de Hutchison mardi à Hong Kong. L’offre serait supérieure à 10 milliards de dollars.

L’indien Reliance Communications qui s’associerait au fonds d’investissement Blackstone pourrait également déposer une offre.

Pour autant, le groupe indien ne se laissera pas vendre facilement. Le Financial Times écrivait mercredi qu’en tout état de cause Hutchison Whampoa avait signalé qu’il ne considèrerait que des offres dépassant largement les 14 milliards de dollars.

Selon le quotidien financier britannique, le directeur financier de Hutchison Frank Sixt a ainsi rejeté une offre indicative de 13,5 milliards de dollars qui aurait été présentée ce mois-ci par le fonds de capital investissement Texas Pacific et par l’opérateur mobile malaisien Maxis Communications.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur