W3C met en place l’accès des sites Web aux handicapés

Régulations

Le W3C publie une suite de documents pour permettre aux développeurs de créer du contenu Web enrichi et accessible aux personnes handicapées avec les technologies telles qu’AJAX ou DHTML

La

Web Accessibility Initiative (WAI ou ‘initiative d’accessibilité du Web‘) du W3C présente une série de documents qui permet aux développeurs de sites Web de créer des contenus Web dynamiques pouvant être utilisés par des personnes atteintes de handicaps.

Les premiers documents de travail public des applications ARIA (applications Internet enrichies accessibles) englobent la feuille de route WAI-ARIA, les rôles WAI-ARIA et les états et propriétés WAI-ARIA.

La WAI-ARIA Roadmap, feuille de route des ‘applications Internet enrichies accessibles‘, décrit une approche globale visant à garantir l’interopérabilité entre les applications Internet riches et les technologies d’aide fonctionnelle utilisées par les personnes souffrant de handicap.

L’approche repose sur des technologies en cours de développement ou déjà développées par le W3C tel que le Module des attributs de rôle XHTML. En outre, la feuille de route ARIA présente une analyse des écarts qui identifie des technologies à développer pour faciliter l’accès aux ‘applications Internet enrichies‘.

Deux documents associés expliquent comment combler ces écarts : Rôles pour les applications Internet enrichies accessibles (WAI-ARIA Roles) et Module des états et propriétés pour les applications Internet enrichies accessibles (WAI-ARIA States).

Nous voyons en WAI-ARIA de remarquables possibilités pour les développeurs Web. En fournissant un système et des techniques pour rendre le contenu Web dynamique plus accessible, nous donnons aux développeurs de contenu ce dont ils ont besoin pour améliorer l’expérience d’un plus grand nombre d’internautes“, explique Lisa Seeman, rédactrice des documents.

La feuille de route WAI-ARIA a été développée au sein du W3C par le Groupe de travail chargé des protocoles et des formats (PFWG), qui se compose de chefs de file de l’industrie, de chercheurs et d’associations de personnes souffrant de handicap, dont Adobe, America Online, IBM, Opera Software, Oracle, Royal National Institute for the Blind (RNIB) et SAP.

Le travail du PFWG sert en partie de base technique à l’Initiative d’accessibilité du Web (WAI) du W3C pour que la vision de l’accessibilité Web devienne une réalité pour tous. Le PFWG s’attache maintenant à perfectionner la série WAI-ARIA dans l’intention de développer des mises en ?uvre très rapidement.

Des millions d’utilisateur exclus du Web dynamique

Dans l’état, le contenu Web dynamique exclut actuellement des millions d’utilisateurs. Pourtant, les technologies d’aide fonctionnelle – notamment les lecteurs d’écran, logiciels de dictée vocale et claviers virtuels – contribuent à rendre le Web accessible aux personnes souffrant de handicaps.

Pour y parvenir, ces outils requièrent des informations sur la sémantique de parties spécifiques d’un document afin de les présenter sous un format accessible. Par exemple, pour fournir un accès fiable à un élément de formulaire, un outil doit être en mesure d’en reconnaître l’état (à savoir, si l’élément est coché, désactivé, sélectionné, réduit ou caché).

Les sites Web fournissent de plus en plus d’applications ayant des fonctionnalités comparables à celles des logiciels installés localement. Étant donné que ces ‘applications Internet enrichies‘ utilisent largement les scripts, les développeurs improvisent souvent des formes hybrides de technologies existantes comme AJAX, DHTML, JavaScript et SVG.

En revanche, ces applications ne fournissent pas toujours la sémantique nécessaire pour prendre en charge ces technologies. Les personnes atteintes de handicaps risquent donc d’être mises au ban de ce nouveau monde de l’information.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur