Wanadoo lorgne sur AOL Europe

Cloud

La consolidation de l’Internet européen est-elle en route?

Décidément AOL est très convoité depuis quelques mois. En novembre, la presse allemande évoquait le rachat d’AOL par T-Online, la filiale Internet de Deutsche Telekom. Cette fois, c’est Wanadoo (France Télécom) qui annonce clairement observer le dossier de près.

Dans un entretien accordé à la radio BFM, Olivier Sichel, p-dg de Wanadoo, indique qu’AOL Europe est une cible potentielle. “C’est un dossier que l’on regarde, mais que je sache, AOL Europe n’est pas à vendre”. Et de poursuivre: “AOL est présent dans trois pays d’Europe: en France où il a du mal sur le marché de l’ADSL, en Allemagne où le contexte réglementaire est très défavorable et où T-Online possède 80% du marché et en Grande-Bretagne où on est déjà très fort”. Pour Wanadoo, un tel rachat génèrerait de belles synergies. En Grande-Bretagne, les 2 millions d’abonnés AOL viendrait s’ajouter aux 2,6 millions de clients Freeserve (filiale déficitaire de Wanadoo). Et le fournisseur pourrait également attaquer le marché allemand où il est absent. AOL Europe avec ses 6,3 millions appartient à 100% à AOL Time Warner depuis que le groupe a racheté les 49,5% de parts de l’allemand Bertelsmann en 2001 pour 6,75 milliards de dollars. Aujourd’hui, la valorisation du FAI se situe entre 1 et 2 milliards de dollars. De son côté, Wanadoo dispose d’une trésorerie de 1,6 milliard de dollars.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur