Web 2.0 : gare à la surcharge d'information

Réseaux

Lors du Web 2.0 Summit de San Francisco, des experts ont regretté l’encombrement de plus en plus important de la Toile avec des données souvent inutiles

Les experts sur l’utilisation des contenus générés par les internautes (user generated content) et des projets Web 2.0 craignent que cette tendance mène à inonder le Web de données inutiles.

A l’occasion d’une conférence au Web 2.0 Summit de San Francisco, des experts ont déclaré que cette pléthore de nouvelles informations représente à la fois un avantage et un sérieux danger, susceptible d’entraîner la confusion chez les internautes.

“La Loi de Moore est à la fois un avantage et un inconvénient”, a déclaré James Powel, directeur technique chez Thomson Reuters.“Toutes sortes d’informations sont ajoutées à une fréquence très élevée. C’est aux acteurs de l’industrie que revient la tâche de gérer ce gigantesque flux d’informations.”

Quel danger ? James Powel prend comme exemple le cas de la crise financière actuelle. Jamais autant d’informations n’avaient été mises à disposition de l’industrie. Mais c’est cet excès de données qui leur a empêché de voir les signes avant-coureurs de la crise, estime-t-il.

En guise de boutade, James Powel raconte qu’un de ses collègues lui a suggéré que “le Web 3.0 devrait nettoyer le grand nombre de déchets laissés par les projets Web 2.0”.

D’autres participants ont reconnu que l’un des problèmes majeurs des projets Web 2.0 était le filtrage des informations inutiles, en affirmant que le résultat final en vaudrait la peine.

“Nous allons évoluer et devenir autre chose que de simples chercheurs/collecteurs d’informations”, a déclaré David Marks, directeur technique de Loomia, qui exploite un moteur de recherche pour les podcasts audio et vidéo. “Nous allons assister au développement de médias qui ne se contenteront plus de simplement livrer des informations. Les sources d’informations vont devenir interactives.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur