Wi-Fi: le marché s’annonce florissant, prédit l’IDATE

Régulations

Le potentiel de ce marché des réseaux locaux ‘publics’ est réel. Mais les stratégies des différents acteurs en présence diffèrent

Aux Etats-Unis, le marché est, là encore, le plus mature mais encore fragmenté. En Europe, le marché est plus concentré. On voit surgir des initiatives importantes surtout chez les opérateurs historiques et mobiles. Et l’Europe du Nord est, une fois de plus, en avance. Pour ce qui concerne la France, observe Roland Montagne, responsable du pôle Haut débit à l’institut IDATE,

le jeu est encore très ouvert. Le marché français est en phase d’introduction de la technologie, avec les caractéristiques suivantes: – on comptait moins de 100 sites équipés Wi-Fi en France au début 2003 : principalement des hôtels ou des cafés-restaurants mais aussi des aéroports; – des nouveaux entrants, à Paris comme Wifix, Wifispot ou en province comme Kast Telecom, TLC Mobile, Firstream / Oreka, présentent des approches assez similaires; – les acteurs majeurs mobiles et fixes, tels France Télécom / Orange, LD COM, Cegetel / SFR ne sont pas tous encore clairement positionnés bien que l’opérateur historique ait multiplié les annonces récemment; – les propriétaires de sites jouent un rôle déterminant dans la popularisation de Wi-Fi et des services associés : “Le déploiement en cours de la RATP est de ce point de vue très important, de même que l’implication des Aéroports de Paris ou de la SNCF.” Selon cette étude de l’IDate, les collectivités locales sont appelées à jouer un rôle déterminant. Pourquoi? “Wi-Fi peut être une solution permettant de venir couvrir en haut débit les 26% de la population non couverte pas le DSL“. Une dizaine de dossiers ont été déposés à l’ART comme pour le Pays de Sillé (Sarthe) ou l’Ile-de-Ré. Ces collectivités emboîtent le pas à Long Beach aux Etats-Unis où une aire de connexion gratuite Wi-Fi a été installée en centre ville. Et la nouvelle autorisation donnée aux collectivités de s’instituer comme opérateurs pourrait pousser les collectivités à s’approprier cette technologie Wi-Fi. Des points non encore réglés De nombreuses questions restent en suspens, mais le potentiel de croissance de ce marché, qui restera cependant modeste à l’horizon 2005, est réel. Au delà de la dynamique de l’offre qui va proposer une gamme de services de plus en plus large, certains facteurs vont servir de catalyseur à la croissance; – à court terme, la libéralisation de la bande des 2,4 GHz pour des services PWLAN sur toute l’Europe; – la bande des 2,4 GHz, qui risque de saturer rapidement, ainsi que la pression de la Commission Européenne, amèneront probablement à un horizon de 2 à 3 ans l’ouverture de la bande des 5 GHz; – la technologie WLAN, en rapide évolution, permettra un enrichissement de l’offre, – enfin, la demande des utilisateurs se renforce rapidement: elle est soutenue par une croissance annuelle de 15 à 20% des ventes de PC portable En Europe, les opérateurs prennent leurs marques Sur le marché européen de ces futurs services sans fil, l’Idate constate: – les tarifs sont beaucoup plus élevés qu’aux Etats-Unis: de 100 à 150 ?/mois pour un accès illimité et 30 ? pour 24h ; – les déploiements concernent actuellement les aéroports (et salons des compagnies), hôtels, gares, centres de conférences… – le marché est en train de se structurer autour des offres des opérateurs fixes et mobiles : Wi-Fi est proposé en complément d’autres services (GSM, HSCSD, GPRS, DSL, RTC), et reste surtout ciblé sur les clients professionnels actuels ; – il y a encore assez peu d’accords de roaming pour le moment et pas encore d’opérateurs “VWISP” (Virtual Wi-Fi service providers)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur