Wi-Fi: Orange et ADP Télécom officialisent leur accord de roaming

Régulations

Les deux opérateurs, après s’être âprement disputé des appels d’offres sur les plus grands ‘hot spots’, ont décidé de “travailler en bonne intelligence”. A eux deux, ils agrègent les deux tiers des zones Wi-Fi existantes en France

Orange et ADP Télécom ont donné des précisions, lors d’une conférence de presse ce 20 octobre, sur leur accord de “roaming” dont l’officialisation était attendue depuis cet été. Et le service sera disponible d’ici à fin octobre. En clair, désormais, les clients d’Orange peuvent accéder à Internet, au Web ou à leur messagerie privée ou Intranet d’entreprise, depuis les ‘hot spots’ Wi-Fi d’ADP Télécom en service sur Roissy-Charles de Gaulle, Orly, Le Bourget, notamment: au total, la filiale d’Aéroports de Paris revendique déjà 120 ‘hot spots’actifs en France.

Pour rappel, hors de ses terrains de chasse naturels -les aéroports d’Ile de France- ADP Télécom a remporté quelques jolis contrats Wi-Fi qui l’on propulsé parmi les tout premiers opérateurs de ‘hot spots’ en France: Paris Expo, à la Porte de Versailles (le parc des expositions), le Palais de Congrès de Paris et l’hôtel Concorde La Fayette (Porte Maillot) et 26 hôtels du groupe Alliance Hospitality (dont les Holiday Inn)… Pour sa part, Orange revendique plus de 5.000 ‘hot spots’ dont 600 villes de France et 6 aéroports de province ainsi que les salons d’accueil d’Air France. Sur la base de l’association W-Link L’accord repose sur le modèle de contrat bi-latéral mis au point au sein de l’association W-Link (sur la base de compensation “minutes”). Ce contrat n’est pas exclusif. ADP Télécom avait fait état, cet été, de pourparlers avec Bouygues Telecom. Par ailleurs, ADP groupe(maison mère) a signé cet été un accord avec la SNCF et Total, là encore pour assurer un ‘roaming’ entre leurs ‘hot spots’ respectifs (aérogares, gares, stations service), impliquant cette fois Cegetel SFR. Pour ADP Télécom, cet accord avec Orange s’ajoute à des accords de ‘roaming’ signés avec Tiscali et à l’international avec Ipass, Gric (USA) ou Tekworld (aéroport de Nice); et des négociations sont en cours avec Boingo. De son côté, Orange est partenaire de Telia-Onera et également de Boingo. Les ‘hot spots’ Wi-Fi deviennent rentables

ADP Télécom est catégorique: le modèle économique du Wi-Fi est bon! ”

Nous commençons à gagner; le retour sur nos investissements engagés dans les ‘hot spots’ Wi-Fi est enclenché” déclare Dominique Valentiny, directeur général d’ADP Télécom. Chez Orange, on ne dispose pas encore de chiffres mais Jean-Marie Culpin, directeur d’Orange Entreprises, n’est pas inquiet: le trafic s’accroît de 30% chaque mois. “Nous pensons que ce rythme de croissance va se poursuivre sur une bonne partie de 2005,” explique-t-il. Orange se réjouit d’engranger 1 million de minutes d’appel Wi-Fi par semaine. Or, la minute achetée par Internet est facturée 0,17 euro. Une carte pré-payée pour un un mois coûte 30 euros. Orange propose également une carte de 10 heures valable 3 mois pour 50 euros. Parmi les diverses formules de paiement, ce sont encore les cartes prépayées qui priment devant les achats de crédit “minutes” en ligne, puis à partir d’une transaction via un mobile (le #125# dit USSD) et enfin les forfaits (grand public ou entreprise). En moyenne la connexion d’un utilisateur Wi-Fi dans un aéroport dure 20 minutes, contre 43 minutes une fois qu’il est arrivé à son hôtel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur