Pour gérer vos consentements :
Categories: ComposantsMobilité

Avec Wilocity, Qualcomm veut accélérer l’adoption du WiFi Gigabit

Qualcomm vient d’annoncer avoir finalisé l’acquisition de Wilocity, une start-up israélienne spécialisée dans les technologies sans fil et notamment du WiFi à 60 GHz, sur lequel le constructeur des Snapdragon lorgnait depuis mai dernier. Si le montant de l’opération n’a pas été dévoilé, il pourrait flirter les 300 millions de dollars.

Des débits jusqu’à 4,6 Gbit/s

Également appelé WiGig (WiFi Gigabit), le WiFi 802.11ad décuplera les performances du réseau sans fil actuel avec des débits de l’ordre de 4,6 Gbit/s. Parfait pour supporter la vidéo 4K en streaming, le partage de fichier en peer-to-peer (d’appareil à appareil sans passer par un réseau tiers) ou encore se substituer aux câbles réseau au sein des entreprises et faciliter la connexion des postes de travail pour les utilisateurs. C’est d’ailleurs peut-être dans cette simplification d’usage que se situe sa vraie valeur.

Le WiGig n’entend toutefois pas remplacer le WiFi d’aujourd’hui puisque les hautes fréquences des porteuses à 60 GHz ne permettent pas de franchir les obstacles matériels tels que les murs des bâtiments et limitent la portée du signal à quelques mètres. Le WiGig s’inscrit donc comme un complément des Wifi 802.11ac dans la bande des 5 GHz et du 802.11 a/b/n à 2,4 GHz.

Le WiGig dans les tablettes et smartphones

C’est cet aspect complémentaire qui intéresse Qualcomm. Le fournisseur réputé pour ses SoC, système tout-en-un associant processeur, puce graphique et composant radio, ajoutera la WiGig à ses composants Snapdragon. L’entreprise a déjà présenté le Snapdragon 810 comme la première plateforme mobile de référence du marché supportant les trois bandes de fréquences Wifi. L’intégration de la technologie de Wilocity, via Atheros (précédemment racheté par Qualcomm), « aidera Qualcomm à remplir sa vision 1000x pour densifier le réseau afin de répondre à la demande croissante des données mobiles », justifie Amir Faintuch, président de Qualcomm Atheros.

Soutenu par la WiGig Alliance, le Wifi 60 GHz a été reconnu par la Wifi Alliance. Ce qui lui a permis de recevoir le soutien de groupes comme Cisco, Microsoft ou Dell. L’arrivée de Qualcomm sur ce terrain, permet d’ouvrir la porte au WiGig dans les smartphones et les tablettes, notamment. Ce qui devrait en accélérer l’adoption à ce jour relativement confidentielle.


Lire également
Wifi : une évolution constante pour une adoption galopante
Snapdragon 808 et 810 64 bits : Qualcomm place la barre très haut

Recent Posts

Guardia Cybersecurity School prépare sa rentrée avec CGI

Guardia CS, nouvel acteur sur le marché de la formation cyber post-bac en France, ajoute…

2 heures ago

Apple répond à l’épisode Pegasus avec un « mode isolement »

Apple intègre à la bêta d'iOS un « mode isolement » optionnel qui restreint les…

3 heures ago

IBM acquiert Databand.ai : de la data quality à l’observabilité des données ?

Data quality ou « observabilité des données » ? IBM préfère le second terme pour…

5 heures ago

Cybersécurité : la Cnil met les collectivités face à leurs responsabilités

La Cnil adresse une forme de rappel à l'ordre aux collectivités territoriales en matière de…

6 heures ago

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

21 heures ago

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

23 heures ago