WiMax : Nortel mise gros sur les projets de déploiement

Régulations

CTO de l’équipementier canadien, John Roese affiche un grand intérêt pour le
pendant haut débit de l’Internet sans-fil : le WiMax

Depuis l’arrivée de ce ‘nouvel homme’, l’équipementier, Nortel a renforcé ses recherches dans le domaine de la technologie WiMax (Worldwide Interoperability for Microwave Access), le grand frère du Wi-Fi.

Des investissements dans ce secteur ont été multipliés par dix. Le WiMax, ou 802.16e pour les technophiles, représente désormais un investissement de 100 millions de dollars pour le canadien contre seulement 10 millions il y a un an, déclare Roese dans une interview accordée à Computerworld.

Le budget R&D de Nortel est estimé à 1,7 milliard de dollars, soit près de 17% des revenus générés par le groupe. La division ” Recherche et Développement ” totalise 12.000 salariés.

Pour dynamiser les avancées technologiques, notamment en ce qui concerne les systèmes de télécommunications sans-fil, Roese précise que Nortel a décidé d’arrêter ou du moins limiter la recherche sur des technologies comme le GSM et d’une manière générale pour l’ensemble des produits dits : “en fin de vie.”

En 2006, la moitié du budget R&D était consacrée à ces produits, “un chiffre bien trop important” pour Roese, qui, dés son arrivée, a décidé de remanier cette proportion. Désormais, la R&D pour les produits en fin de vie est plafonnée à 20% du budget total.

Au niveau de la répartition des ressources, 20% des employés de la division R &D travaillent sur le WiMax, et 60% sur les produits “en moitié de vie” .

Rappelons que Nortel a vendu sa division UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) à Alcaltel-Lucent.

D’après J.Roese, cette division “n’était plus rentable.” Toujours selon le CTO, “l’avenir des communications passe par le sans-fil qui permet aux salariés de gagner en productivité et aux opérateurs de proposer des offres de bout en bout très alléchantes.”

Le WiMax fixe ou 802.16d, est déjà utilisé pour fournir des communications backhaul (ou réseau d’interconnexion) pour les réseaux cellulaires, mais il est également utilisé -à la place du câble ou de la fibre- dans certains pays ou régions pour permettre l’accès au haut débit.

Le WiMax mobile permettra, lui, l’accès sans fil au Net depuis des ordinateurs portables. Il peut aussi devenir un concurrent de la téléphonie cellulaire classique (3G) en étant utilisé pour la ToIP (Telephony over Internet Protocol). Mais les équipements manquent encore à l’appel, notamment pour les cartes adaptateurs et les terminaux.

Pourtant, selon J. Roese, les perspectives sont plutôt bonnes: “Le WiMax n’en n’est qu’a ses débuts, mais déjà on peut affirmer, que son principal avantage est d’être réutilisable. Une fois en place, il peut remplacer une ligne DSL et permettre le partage de vidéo, la téléphonie… En outre, Wi-Fi et WiMAX sont complémentaires et évolutifs.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur