Wind : Naguib Sawiris joue franc-jeu

Cloud

Pour rassurer le marché, l’homme d’affaires égyptien Naguib Sawiris, prévoit une cotation en bourse de Wind au second semestre 2006

“Wind n’a pas de problème de financement bancaire” a déclaré Naguib Sawiris au quotidien “Les Échos” pour couper court aux rumeurs et apaiser les craintes du marché et des salariés. Le fondateur d’Orascom a déclaré hier : “La cotation de Wind est prévue pour la mi-2006 ou le second semestre 2006. Nous nous sommes déjà adressés à des institutions financières pour la préparer de la manière la plus efficace. Qu’il s’agisse de Milan Londres ou du Caire, l’introduction aura lieu et nous choisirons la meilleure méthode pour créer de la valeur” Et concernant les ouï-dire à propos d’un possible départ de Tommaso Pompei pour désaccord stratégique avec ses actionnaires sur le choix de mettre en avant l’activité mobile sur celle du fixe, Naguib Sawiris a ferment démenti l’information dans les colonnes des “Échos” : “il ne s’agit que de rumeurs sans fondements, Tommaso Pompei restera à moins qu’il ne change d’avis à l’avenir”. Le plan de développement de Wind consiste en trois axes principaux : – un investissement sur cinq ans de 4 milliards d’euros – maintenir la stabilité de la part de marché de l’opérateur dans la téléphonie mobile – et enfin la conquête d’une nouvelle clientèle dans la téléphonie fixe Par contre, Naguib Sawiris dément toute possibilité d’une “guerre des prix” dans le secteur de la mobilité. Le patron égyptien préfère évoquer ce sur quoi il compte vraiment pour réaliser d’importantes marges : “le développement de synergies entre les deux groupes permettrait par exemple de créer un pôle de communication de 50 millions de clients”. De quoi faire saliver la concurrence. Wind dispose de 14 millions d’abonnés et de 4,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur