De Windows à Chrome OS : Google active des leviers de transition

Que verra-t-on le 3 décembre prochain lors du Chrome OS Demo Day ? Entre autres, la virtualisation locale* de Windows sur les appareils Chromebook Enterprise.

Cette fonctionnalité repose sur l’hyperviseur Parallels Desktop. Fraîchement adapté à Chrome OS, celui-ci n’en est pas encore au niveau d’intégration atteint sur Mac, où il est par exemple possible d’épingler des applications Windows dans le dock et de les lancer sans afficher le Bureau ni la barre des tâches.

Parmi les capacités que Google met en avant, on aura relevé :

  • Un presse-papiers, des dossiers, des profils utilisateurs et des imprimantes partagés
  • L’intégration des applications Windows dans le menu contextuel de Chrome OS
  • La possibilité d’ouvrir, sur le navigateur du système hôte, des hyperliens affichés dans la VM
  • Une liste de raccourcis clavier « cliquables » pour faciliter la saisie sur Windows

Parallels recommande d’utiliser au minimum un appareil Chromebook Enterprise doté d’une puce Core i5 ou i7, de 16 Go de RAM et de 128 Go de stockage. L’éditeur fournit une liste de dix machines, dont une qu’il recommande en particulier : le HP Elite c1030.

Virtualiser… ou migrer

Le Chrome OS Demo Day sera aussi l’occasion d’avoir un aperçu du « Readiness Tool » que Google vient d’officialiser. Cet outil s’installe sur les systèmes Windows et évalue l’effort requis pour migrer vers Chrome OS.

Autre annonce : celle de Chrome Enterprise Recommended. Google entend réunir, sous cette ombrelle, des applications offrant une expérience optimisée sur Chrome OS. Une vingtaine d’éditeurs sont pour le moment dans la boucle, sur quatre domaines : gestion des identités et des accès, impression, communication et productivité.

Pour les appareils Chromebook Enterprise, Google fera aussi la démonstration de la configuration « zero touch ». Le principe : permettre aux utilisateurs d’accéder à des postes de travail dont le paramétrage initial se fait automatiquement après connexion au réseau de l’entreprise. Cela implique une préconfiguration en amont, côté OEM, grossiste ou revendeur.

Huit machines sont annoncées comme compatibles. Parmi elles, le Chromebook Enterprise Spin 513. Acer vient de le présenter et compte le lancer en Europe en février 2021, à partir de 699 € TTC. Ce 13,3 pouces à écran tactile a un signe distinctif : il repose sur la plate-forme processeur Qualcomm Snapdragon 7c.

* Parallels ne permettait jusqu’alors que la virtualisation distante de Windows sur Chrome OS. Ce à travers l’offre Parallels RAS (Remote Application Server), destinée à la mise en place d’infrastructures VDI.

Illustration principale © Google

Recent Posts

Splunk acquiert Flowmill start-up de surveillance réseau

Le spécialiste de l'analyse de données machine Splunk enrichit son Observability Suite avec la solution…

1 heure ago

Syntec Numérique et Tech in France vont fusionner en 2021

Une fois la fusion opérée, la nouvelle organisation du numérique en France représentera 65 Mds…

4 heures ago

Conteneurs : Canonical livre LTS Docker Image Portfolio

Canonical fournit sur Docker Hub un ensemble d'images de conteneurs applicatifs sécurisés incluant jusqu'à 10…

6 heures ago

Ransomware : Egregor fait son nid en France

La liste des entreprises françaises figurant parmi les revendiquées d'Egregor s'allonge. Ouest-France l'a récemment rejointe.

7 heures ago

« Score de productivité » Microsoft 365 : la crainte d’une surveillance au travail

Des voix s'élèvent contre le « score de productivité » intégré à Microsoft 365. assimilé…

9 heures ago

Smartphones et tablettes : Apple fait plus que résister en Europe

Apple échappe au repli des ventes de smartphones en Europe de l'Ouest et tire profit…

1 jour ago