Windows Mobile 5.0: un O.S. mobile touche à tout?

Régulations

L’éditeur lance Windows Mobile 5.0, évolution majeure de son système d’exploitation destiné aux terminaux mobiles. La plate-forme, polyvalente, vise à la fois les professionnels mais surtout le grand public, segment où la firme est distancée par Symbian

Microsoft lance une nouvelle offensive dans le marché de la mobilité. Un marché qui devient stratégique pour l’éditeur, Bill Gates himself est venu présenter le nouvel OS de la firme au Microsoft Mobile & Embedded DevCon (MEDC 2005) à Las Vegas.

Windows Mobile 5.0, nom de code Magneto, est donc l’évolution majeure de Windows Mobile 2003 Second Edition. Microsoft mise beaucoup sur cette nouvelle plate-forme afin de prendre des parts dans un marché où sa domination n’est pas aussi totale que dans le monde PC. Et pour ne rater aucune opportunité, Magneto est aussi bien destiné au monde professionnel utilisant des PDA communicants, qu’au grand public (smartphones et baladeurs multimédias), où Microsoft est distancé par Symbian. Revue de détails. La Suite Office optimisée Sur le segment professionnel, Microsoft est leader notamment avec son partenaire HP qui fabrique les iPaq. Pour cette cible, la firme a revu et corrigé l’OS en insistant fortement sur la suite Office. Office Mobile, c’est son nouveau nom, supporte en quasi-natif tous les documents de la suite. Concrètement, les formats des documents Word ainsi que les images sont supportées. Sous Excel, il est possible de créer des graphiques à partir des feuilles de calcul. L’application PowerPoint est désormais disponible, une demande forte de la part des utilisateurs. Le transfert des données depuis un PC a également été améliorée avec ActiveSync 4.0 qui supporte l’USB 2.0 et ActiveSync Server (support S/MIME, compression des données…). A noter également: le stockage des données persistant même sans alimentation. Microsoft annonce également une meilleure productivité grâce à une navigation et des accès plus rapides à partir du joystick. Le stylet n’est plus obligatoire pour accéder à certaines fonctions, il est remplacé par des ‘softkeys’, l’équivalent du clic gauche. L’accès au téléphone est ainsi plus rapide, des étapes ont été supprimées. Enfin, signalons la disponibilité du nouveau Voice Command, fonction assez bluffante qui permet de commander le terminal à la voix sans avoir à pré-enregistrer des ordres. Mail: “le push e-mail ne sert à rien” Tout le monde attendait Microsoft sur ce terrain. Confronté au succès planétaire du Blackberry de RIM (3 millions d’utilisateurs), Microsoft devait réagir. Mais Windows Mobile 5.0 n’apporte pas de grandes nouveautés. Outlook Mobile a certes été revu et corrigé avec plus de fonctions, plus de lisibilité et une meilleure gestion des fiches de contact. Mais Microsoft n’a pas voulu, pour l’instant, appliquer la technologie en ‘push’, en temps réel, qui a fait le succès de RIM. “Nos clients nous disent: le ‘push’ ne sert à rien”, martèle Didier Burdinat , le directeur de la division mobilité de Microsoft france. “Notre solution est équivalente et l’utilisateur n’est pas constamment dérangé par son terminal qui le prévient de l’arrivée de chaque nouveau mail. Le Blackberry se vend bien mais il concerne seulement une élite. Pour de vrais applications mobiles, pour les flottes, pour un vrai retour sur investissement, notre solution est je pense meilleure”. RIM appréciera. Pour autant, Microsoft ne s’interdit pas d’intégrer le push e-mail à son OS… Grand public: un OS qui rappelle encore plus le PC C’est sur ce segment que Microsoft a le plus de difficultés. La grande majorité des fabricants de mobiles choisissent l’OS développé par Symbian, un consortium notamment composé de Nokia. Mais en terme de volume, ce sont bien les smartphones qui vont tirer le marché. Windows Mobile 5.0 joue donc à 100% la carte des loisirs numériques et du multimédia. Avec des mobiles aux capacités de stockage de plus en plus importante, les contenus sont aujourd’hui l’attente numéro un des consommateurs. Le principe: se rapprocher au maximum du monde PC et des habitudes des utilisateurs. Au coeur de ce concept: Windows Media Player 10.1 qui se veut le point central pour lire de la musique, de la vidéo, des photos, regarder la TV et le portail MSN. L’accent a ainsi été mis sur la facilité du transfert de ses fichiers depuis son PC. Les DRM Microsoft et autres seront supportés ce qui permettra à ceux qui achètent légalement de la musique de transférer sans problème leurs fichiers. MSN Messenger a également été amélioré (même s’il ne s’agit pas de la dernière version 7.0) avec la possibilité de personnaliser l’application et d’accéder aux mails Hotmail et au portail MSN. Internet Explorer Mobile a d’ailleurs été revu: optimisation des pages pour le terminal et navigation en plein écran. Convaincre constructeurs et opérateurs Mais pour que Microsoft parvienne à déstabiliser Symbian, il lui faut d’abord convaincre les fabricants de mobiles et les opérateurs. Sur ce point, la firme a mis de l’eau dans son vin. Jusqu’à présent, la plate-forme Windows Mobile était rigide. Quelque soit le constructeur ou l’opérateur, l’aspect du produit était le même. Ce qui refroidissait tout le monde. Désormais, Magneto est paramétrable: chaque opérateur pourra disposer de sa propre version, avec ses propres couleurs et mises en forme (icônes, listes…). Une cinquantaine d’options est disponible. Avec ce levier de différenciation, Microsoft peut gagner des points. Mais une question se pose. Y’aura-t-il, autant de Windows Mobile que d’opérateurs? “Non. Nous vendons une licence pour un produit complet”, explique Didier Burdinat. “Seule l’interface est paramétrable. Les opérateurs ont néanmoins le choix d’intégrer ou non Voice Command et MSN Messenger. Car certains veulent proposer leurs propres applications”. Les premiers produits tournant sous Windows mobile 5.0 devraient sortir vers la rentrée 2005. Un mobile 3G proposé par Orange et fabriqué par HTC sera certainement le premier de la liste. Microsoft devra maintenant convaincre. Le challenge sera difficile, sur le segment grand public, Symbian affiche une croissance de ses ventes à trois chiffres (voir encadré). Symbian s’envole

Avec une part de 50% sur le marché des smartphones, Symbian règne sans partage. Et cette domination se confirme encore une fois avec des résultats trimestriels à faire pâlir Bill Gates. L’éditeur britannique contrôlé notamment par Nokia a annoncé avoir presque triplé les ventes de son OS pour mobile. SymbianOS a été installé sur 6,75 millions de combinés au cours des trois premiers mois de 2005, une hausse de 180% en glissement annuel et de près de 19% par rapport au trimestre précédent. Les recettes en royalties liées à ces ventes ont atteint 19,8 millions de livres sterling (28,95 millions d’euros), une progression de presque 128% par rapport au même trimestre l’an dernier. Les recettes globales de l’éditeur, services et partenariats compris, ont totalisé 24,8 millions de livres (36,27 millions d’euros) contre 12,9 millions (18,87 millions d’euros) un an plus tôt.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur