Windows Vista : Microsoft va appuyer sur l’accélérateur!

Régulations

Pour rattraper les retards qui s’accumulent autour de Windows Vista, le géant du logiciel va modifier ses méthodes de R&D. Objectif: réduire les délais entre les versions à venir

Microsoft doit faire face à une crise inattendue : en ayant fait le choix de sortir Vista, une évolution majeure de son système d’exploitation Windows, le numéro un mondial s’est engagé sur une longue période de

no man’s land commercial, qui laisse le champ libre à ses concurrents. Steve Ballmer, le bouillonnant patron de Microsoft, l’a bien compris; il a évoqué dans le Financial Times sa stratégie pour sortir de cette impasse. Pour lui, face à l’expérience Vista et son ‘cycle de vie du produit’ trop long, Microsoft doit réduire les délais entre deux versions de Windows, quitte à apporter des améliorations moins ambitieuses d’une version à l’autre. Le discours de S. Ballmer montre pourtant une certaine ambiguïté, voire un excès de confiance qui pourrait cacher un problème de ‘valeur’ dans la chaîne de production de l’éditeur? Si Microsoft a prolongé sérieusement les délais de développement de Windows Vista, c’est qu’il a dû faire face à des volumes de développement importants, qui répondent à des objectifs ambitieux de sécurisation des produits. Accélérer le rythme des sorties de versions nouvelles nécessite de modifier les délicats processus de production de l’éditeur, ce à quoi Steve Ballmer s’est engagé. Mais une telle orientation est aussi la démonstration que les méthodes actuelles de Microsoft n’ont probablement pas été aussi efficaces qu’attendues. Il est surtout à craindre que Microsoft réitère des travers marketing qui l’ont poussé dans le passé à commettre des erreurs dommageables pour son image de marque en lançant parfois à la va vite des produits mal ficelés. Réduire le cycle de vie des produits, c’est augmenter le rythme de vente d’une version à l’autre. Mais en revanche, c’est aussi augmenter le risque de rencontrer et surtout de générer des faiblesses, une raison supplémentaire d’accélérer le cycle de sortie des nouvelles versions… Microsoft pourrait de nouveau subir le syndrome du serpent qui se mord la queue ! Avec un avantage cependant: cela permettrait de repartir à la fin de 2006 d’une version de Windows que l’on espère fiable. A voir !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur