Pour gérer vos consentements :

WordPress se rénove en JavaScript

C’est un virage important pour l’éditeur américain Automattic, à l’origine de WordPress : codée jusqu’alors en PHP, l’interface d’administration associée à la déclinaison commerciale du CMS* (WordPress.com) a été réécrite en JavaScript. Le tournant avait été amorcé début 2014, avec comme principal objectif d’améliorer la réactivité du service, tout en facilitant l’expérience utilisateur sur les terminaux mobiles. Une demi-douzaine de personnes étaient alors impliquées sur le projet.

Plus d’une centaine de contributeurs sont aujourd’hui recensés. Parmi eux, les équipes de Cloudup. Cette start-up californienne, qui s’était fait connaître avec une solution de partage de fichiers développée en JavaScript, était passée dans le giron d’Automattic en septembre 2013.

Baptisée Calypso, la nouvelle interface pourrait, à terme, devenir partie intégrante du projet open source WordPress… et donc concerner l’ensemble des utilisateurs du CMS. Mais il est encore trop tôt selon Matt Mullenweg. Conscient du « défi que représentera cette intégration », le fondateur et principal dirigeant d’Automattic préfère « attendre les retours de la communauté ».

Des moyens de substitution en attendant le déploiement

En attendant, l’interface wp-admin reste la solution par défaut pour ceux qui exploitent leur propre installation de WordPress. Il est toutefois possible de passer à la nouvelle interface via le plugin Jetpack.

Quels avantages présente Calypso ? Elle fonctionne quasi intégralement côté client, comme une Web App, et communique avec le core WordPress (qui reste codé en PHP) via des API. Une connexion serveur – via Node.js – est nécessaire pour le rendu de la première page ; tout se passe ensuite dans le navigateur Web, avec des modifications en temps réel, sans rafraîchissement, explique ITespresso.

En utilisant la technologie Electron, Automattic a regroupé l’ensemble des fonctionnalités de Calypso dans des applications de bureau. La version OS X est téléchargeable. Celles pour Windows et Linux sont encore en développement. On notera que le framework JavaScript utilisé pour la partie front-end n’est autre que React, développé par Facebook. Pour le back-end, côté serveur donc, on utilise Node.js.

* Automattic annonce que WordPress propulse 25 % des sites Web dans le monde. Des données confirmées par W3Techs.

A lire aussi :

WordPress anime 25 % du web

WordPress encore faillible via des plugins utilisant Genericons

Crédit Photo: Evan Lorne-Shutterstock

Recent Posts

Quand le candidat IT idéal n’est pas celui que vous croyez

L'usage de "deepfakes" et d'informations d'identification personnelle volées progresse chez les candidats et usurpateurs patentés…

1 heure ago

Roaming : le menu dans l’Union européenne jusqu’en 2032

La nouvelle régulation sur l'itinérance mobile dans l'UE est entrée en application. Quelles en sont…

2 heures ago

Vers une régulation européenne des cryptoactifs : quelles bases technologiques ?

Les colégislateurs de l'UE ont trouvé un accord provisoire sur trois propositions de règlements touchant…

5 heures ago

Google Cloud ouvre sa région France

Google Cloud dispose d'une région France lancée commercialement fin juin. Une étape indispensable pour lutter…

7 heures ago

Pourquoi FedEx bascule des grands systèmes au cloud

Le transporteur américain FedEx va fermer les 20% restants de ses mainframes dans les deux…

8 heures ago

Cloud de confiance : quelle feuille de route pour S3NS, la coentreprise Google-Thales ?

Sous l'ombrelle S3NS, Google et Thales esquissent une première offre en attendant celle qui visera…

1 jour ago