WWDC 2020 : Apple va-t-il éjecter Intel au profit d’Arm ?

MacPoste de travail
Apple WWDC 2020 Arm Mac Intel

Apple pourrait profiter de la WWDC (22-26 juin 2020) pour officialiser la transition d’Intel vers Arm sur les Mac.

Apple et Intel, quinze ans de mariage et un divorce ?

Lors de la WWDC 2005, le premier avait annoncé adopter les processeurs du second pour équiper ses Mac, en remplacement des PowerPC d’IBM*.
La démarche s’était concrétisée l’année suivante. À commencer par un MacBook Pro 15 pouces et des iMac en Core Duo.

Le même scénario pourrait se reproduire à la WWDC 2020, qui se déroulera du 22 au 26 juin. Mais avec Intel dans la position du sortant, à la faveur de l’architecture Arm.

Il faudrait attendre 2021 pour accéder à des Mac ainsi pourvus.
Plusieurs puces seraient en développement, dont une dotée de 12 cœurs de calcul (8 « Firestorm » et 4 à faible consommation « Icestorm »), avec GPU et NPU (coprocesseur IA). Elle serait basée sur le futur SoC A14 (5 nm) destiné aux iPhone.

Depuis 2018, on attribue le nom « Kalamata » (d’une ville de Grèce) à ce projet de transition vers Arm.

kalamata

Cette année-là, Apple aurait mené des expérimentations en interne sur la base de l’A12X, intégré dans le premier iPad Pro.

La garantie Catalyst ?

En toile de fond, une stratégie d’intégration verticale destinée à réduire la dépendance vis-à-vis des fournisseurs de composants.

Sur ce volet, Apple a déjà développé ses propres solutions graphiques. Elles ont supplanté les PowerVR d’Imagination Technologies.

La firme de Cupertino a aussi lancé les puces T1 et T2, intégrées dans certains Mac pour assister les puces Intel et leur permettre de rester plus souvent en sommeil. Elles réalisent des tâches allant de la gestion des ventilateurs au stockage des empreintes digitales en passant par la validation de l’intégrité du système.

Apple offre moins de garanties sur la partie logicielle. Même s’il propose, sous la bannière Catalyst (ex-Marzipan), des outils destinés à simplifier la conception d’applications « universelles » fonctionnant aussi bien sur Mac que sur iPad.

L’idée d’un intermédiaire entre iOS et macOS fait son chemin depuis bien longtemps. Elle ne se concrétiserait pas avec les Mac génération 2021.

* Les PPC avaient eux-mêmes pris le relais des puces 68k de Motorola à partir de 1994 avec la gamme Power Macintosh. Une transition pleinement finalisée en 1998 avec Mac OS 8.5, première version du système d’exploitation à ne plus prendre en charge que l’architecture PowerPC.

Illustration principale via Visualhunt

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT