Xerox et Fujifilm prêts à renégocier leur fusion à 6,1 Md$ ?

ImprimantesPoste de travailProjets
fuji-xerox

Les actionnaires Darwin Deason et Carl Icahn, qui détiennent ensemble 15% du capital de Xerox, s’opposent à l’opération, estimant qu’elle sous-valorise Xerox et avantage Fujifilm de manière « disproportionnée ».

Le groupe américain des systèmes et services d’impression Xerox aurait engagé des discussions pour renégocier sa fusion à 6,1 milliards de dollars avec la firme japonaise Fujifilm spécialisée dans l’imagerie et la photographie. Les avocats des deux parties se seraient entretenus jeudi dernier, a révélé CNBC. Xerox chercherait ainsi à répondre aux craintes, voire à la franche opposition, de plusieurs actionnaires influents qui estiment que ce rapprochement favorise de manière « disproportionnée » Fujifilm.

Parmi eux figurent Carl Icahn, milliardaire et investisseur activiste, actionnaire de Xerox à hauteur de 9,2% environ, et Darwin Deason. Il est l’ancien propriétaire d’Affiliated Computer Services, vendu à Xerox pour 6,4 Md$ en 2010 et troisième actionnaire principal de la société (à environ 6%). Deason a déposé un recours contre la fusion.

Par conséquent, l’accord actuel qui prévoit une fusion entre les deux sociétés dans lesquelles Fujifilm détiendra une participation majoritaire, est susceptible d’être révisé.

Pas encore sous pavillon japonais

L’accord annoncé le 31 janvier prévoit la création d’un ensemble issu du rapprochement entre la co-entreprise Fuji Xerox et la firme américaine Xerox. Fujifilm devait détenir 50,1% dans la nouvelle structure (qui conserverait le nom de Fuji Xerox).

Des synergies (logistique, R&D, achats…), un plan d’économies et la suppression de 10 000 emplois au sein du pôle copieurs et solutions d’impression, sont également à l’étude. Mais ce passage sous pavillon japonais de l’ancien fleuron du photocopieur scindé en deux entités (copieurs et imprimantes d’un côté / services aux entreprises et externalisation des processus métiers (Conduent),  de l’autre) ne fait pas l’unanimité.

Icahn et Deason exhortent donc l’entreprise américaine à étudier d’autres options stratégiques, quitte à pousser vers la sortie Jeff Jacobson, l’actuel CEO de Xerox.  Prétendant à la direction du nouvel ensemble, ce dernier conserve finalement son poste et la confiance du conseil d’administration, à ce jour.

Les marchés étudient de près ce bras de fer. Xerox se trouvant dans l’obligation de trouver de nouveaux relais de croissance face au repli de son marché historique : l’impression.

(crédit photo : chibitomu on Visualhunt.com / CC BY-NC-ND)

Lire aussi :

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur