Xojo met les applications Cloud à la portée de tous les développeurs

CloudLogiciels
Xojo

Déployer sur le Cloud en un clic de souris, à partir du même code que celui d’un projet web Xojo. Voilà ce que permet la nouvelle édition de cet outil de développement multiplateforme.

Xojo, ex-Real Studio, est un environnement de développement rapide capable de créer des applications pour Windows, OS X, Linux et le web, et ce depuis un unique code source.

Xojo 2014L’année 2013 a été compliquée pour l’éditeur, le changement de nom du produit s’étant accompagné d’une refonte complète de l’environnement de développement. Il aura ainsi fallu attendre juin pour voir apparaître la première mouture de Xojo. Version suivie d’une myriade de correctifs.

Avec Xojo 2014 Release 1, l’éditeur américain montre qu’il sort enfin la tête de l’eau. Les corrections de bogues restent nombreuses, mais l’IDE gagne en stabilité et performances. La gestion des onglets et l’autocomplétion sont également en net progrès. De plus, de nouveaux travaux de fond ont été entrepris, comme l’abandon de QuickTime au profit d’AVFoundation sous OS X.

À noter, l’intéressante arrivée d’un opérateur ‘If :’ nous ne parlons pas ici du mot clé If, bien évidemment disponible depuis les débuts du langage, mais d’un opérateur utilisable au sein d’une expression, lequel permettra donc de gagner en flexibilité.

Bref, la société semble repartir de l’avant sur le cœur de son produit. Espérons que d’autres bonnes nouvelles seront au rendez-vous de cette année 2014 (la génération de code 64 bits ? Le compilateur LLVM ? Le support des terminaux iOS ?).

Un Cloud cher…

Autre nouveauté majeure de cette nouvelle édition, le lancement des offres Cloud. Il est maintenant possible de déployer directement des applications web Xojo en mode Cloud. Voici un exemple d’application :

Xojo Cloud

La société s’est pour l’occasion associée avec Rackspace. Trois tailles de serveurs sont proposées par défaut (pour des besoins plus massifs, il conviendra de joindre le service clients de Xojo) :

  • Small, 39 euros HT par mois : 1 CPU virtuel, 512 Mo de RAM, 20 Go d’espace disque, 20 Mb/s de débit réseau et 20 Go quota de données sortantes.
  • Medium, 79 euros HT par mois : 1 CPU virtuel, 1 Go de RAM, 40 Go d’espace disque, 200 Mb/s de débit réseau et 40 Go quota de données sortantes.
  • Large, 149 euros HT par mois : 2 CPU virtuels, 2 Go de RAM, 80 Go d’espace disque, 400 Mb/s de débit réseau et 80 Go quota de données sortantes.

Pour ce tarif, Xojo assure toute la gestion de la plate-forme. Le déploiement se fait en un clic, sans autre intervention de la part de l’utilisateur. Le tout sans aucune configuration préalable.

L’éditeur joue ici la carte qui a fait son succès dans le monde desktop : la simplicité. Comme Real Studio qui a su mettre le développement de logiciels desktops à la portée de tout un chacun, Xojo espère en faire de même sur le web et le Cloud.

Dommage toutefois que le prix de cette offre demeure trop élevé, en particulier face à Windows Azure, qui permet aux utilisateurs de Visual Studio et VB.NET de déployer eux aussi facilement des applications sur le Cloud.

… mais efficace

Toutefois, l’offre matérielle est à l’avenant : le serveur Small voit sa mémoire doublée par du swap et le cœur de processeur est un Opteron cadencé à 2,1 GHz. Bref, un petit serveur, mais pas low cost pour autant. Notez que sur les offres Medium et Large, les disques sont des SSD.

Xojo propose également un panel de prestations avec son Cloud : mises à jour automatiques et transparentes, sauvegardes quotidiennes, présence d’un firewall et d’outils de détection d’intrusions, etc. Seul manque en fait la possibilité de choisir explicitement le lieu d’hébergement des applications. Une idée pour la version 2014 r2 ?


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Êtes-vous un expert du “Hello world!” ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur