Marissa Mayer sous la pression des actionnaires de Yahoo

GouvernanceRégulations
Yahoo Marissa Mayer effectifs

Conseilleurs, à défaut d’être payeurs, les investisseurs mettent la pression sur Yahoo!. Certains demandent une fusion (avec AOL ou SoftBank), d’autres le départ de Marissa Mayer.

L’entrée en Bourse du géant chinois Alibaba est une aubaine pour Yahoo qui s’est retrouvé du jour au lendemain avec un surcroit de 9,4 milliards de dollars de liquidités et un solide trésor de guerre, évalué aujourd’hui à environ 33 milliards de dollars (voir l’article « Alibaba, le sésame vers le renouveau de Yahoo ? ».

La société compte reverser une partie de ce cash à ses actionnaires. Cet apport massif de fonds suscite toutefois bien des convoitises… parmi les rangs des investisseurs. Ainsi, certains actionnaires sortent aujourd’hui du bois et n’hésitent pas à montrer les dents.

Quelques-uns vont jusqu’à demander à la patronne de Yahoo de démissionner de son poste. Un épisode malheureux aurait donné du grain à moudre aux plus virulents des actionnaires. Marissa Mayer aurait en effet affiché un retard regrettable à une réunion organisée en juin en France. Le Jet Lag aura-t-il raison de la CEO de Yahoo! ?

Dépenser, dépenser, dépenser

D’autres critiquent les acquisitions menées par la firme, qui n’auraient pas eu de gros impacts sur ses résultats. Dans ces conditions, l’idée de stopper toute acquisition est avancée par quelques investisseurs.

C’est toutefois la frénésie qui semble de mise chez les actionnaires. La société d’investissement suisse Alternative Investment Management and Research préconise en effet de fusionner Yahoo! avec le japonais SoftBank. Starboard Value demande pour sa part à Yahoo! de fusionner avec AOL. La patronne de la firme joue pour le moment la montre, souhaitant se donner le temps de réfléchir à ces différentes propositions.

Sur le même thème

Yahoo poussé par ses actionnaires à racheter AOL
Yahoo! Japan avale eAccess pour 2,3 milliards d’euros et se prépare à lancer des services mobiles
Yahoo confirme, puis dément, avoir été piraté via la faille Shellshock


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur