YouTube signe avec CBS afin de s'éviter de nouveaux procès

Cloud

De la publicité sera diffusée dans les contenus

Joli contrat pour YouTube, toujours en quête de respectabilité auprès des Majors. La filiale de Google annonce en effet la signature d’un accord avec le géant américain de la télévision CBS.

La plate-forme de vidéos en ligne pourra désormais diffuser une partie du catalogue du network avec certains épisodes de séries populaires comme Beverly Hills 90210 ou Star Trek. Comme d’habitude avec ce type de contrat, en échange de ses contenus, CBS sera rémunéré en partie grâce à des bandeaux publicitaires qui seront diffusés avant, après et pendant les épisodes. L’accord ne concerne que les Etats-Unis.

Avec CBS, YouTube va inaugurer un nouveau type de diffusion, le TheaterView, qui permet un affichage de meilleur qualité, tant pour le contenu que pour la publicité.

Pour YouTube, il s’agit de démontrer qu’il est enfin capable de monétiser sa formidable audience (plus de 130 millions de visiteurs mensuels dans le monde). Pour y parvenir, le titan de l’échange de vidéo mise sur ce format plus qualitatif, un plus bel écrin publicitaire en somme.

Par ailleurs, la filiale de Google s’offre une respectabilité alors qu’elle est toujours attaquée pour violation de copyright par de nombreuses majors du divertissement.

En juillet dernier, le groupe italien Mediaset lui réclamait pas moins de 500 millions d’euros. Rappelons que la Mediaset est le groupe de médias de Silvio Berlusconi, président du Conseil italien. L’empire, qui compte de nombreuses chaînes de télévision, des magazines, des journaux… estime que YouTube héberge illégalement des milliers de vidéos issues de ses programmes.

Aux Etats-Unis, c’est le géant des médias Viacom (Paramount, MTV…) qui a lancé une procédure contre YouTube. Il lui réclame la coquette somme de 1 milliard de dollars ! Et a même obtenu de la justice le droit d’accéder aux données des utilisateurs.

En France, c’est TF1 qui a lancé une attaque pour “contrefaçon, concurrence déloyale et parasitisme”. La chaîne réclame pas moins de 100 millions d’euros, la procédure est en cours.

YouTube a pourtant mis en avant de nouveaux outils de filtrage censés en finir avec la diffusion de contenus protégés. La plate-forme a annoncé la sortie d’un système à base de reconnaissance vidéo, devant empêcher sinon dissuader les actes de piratage. Force est de constater que cela ne marche pas.

Des accords en bonne et due forme avec les Majors semblent représenter la seule alternative pour se protéger des procès. En signant avec CBS, YouTube pourrait s’ouvrir de nouvelles portes si et seulement si cette expérience s’avère convaincante pour les deux parties.

Reste que pour Google, le temps presse. Racheté à prix d’or (1,6 milliard de dollars), YouTube peine à offrir un retour sur investissement digne de ce nom.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur