1 milliard de puces ARM sont vendues chaque mois !

ComposantsMobilitéPoste de travailSmartphonesTablettes
Nuclum, premier SoC ARM de LG pour smartphone

Les résultats annuels d’ARM viennent de tomber. La croissance de la firme se poursuit, avec plus de 12 milliards de composants fabriqués par ses partenaires sur l’année 2014.

ARM vient de livrer les résultats de son quatrième trimestre 2014, qui clôt l’année pour le concepteur de cœurs de processeurs britannique.

Sur Q4 2014, la société affiche un chiffre d’affaires de 225,9 millions de livres sterling (environ 305 millions d’euros), en hausse de 19 % sur un an. Un gain de 5,1 pence par action est publié. La firme voit également sa marge grimper : en données corrigées (ne prenant pas en compte les éléments exceptionnels, comme les acquisitions), elle passe ainsi de 48,8 % à 51,4 %.

1 milliard de puces ARM chaque mois !

ARM affiche une belle santé sur l’ensemble de l’année, avec un chiffre d’affaires en hausse de 11 %, à 795,2 millions de livres (soit plus de 1,07 milliard d’euros). Après avoir franchi le cap du milliard de dollars de revenus en 2013, ARM passe celui du milliard d’euros en 2014. En données corrigées, la marge prend 1,2 point, à 50,3 % et le gain par action 17 %, à 24,1 pences.

Début 2014, ARM annonçait avoir passé le cap des 50 milliards de puces construites par ses partenaires depuis 1993. Un succès qui s’est confirmé en 2014, avec un total de 12,1 milliards de composants ARM distribués (2,9 milliards sur Q1 2014, 2,7 sur Q2, 3 sur Q3 et 3,5 sur Q4).

Le cap du milliard de composants ARM vendus chaque mois a donc été franchi l’année dernière. Un record qui devrait être largement battu cette année, l’émergence de l’Internet des Objets favorisant la vente de microcontrôleurs communicants. Un marché ou ARM règne en maître quasi absolu.

Le 64 bits ARM : des smartphones aux supercalculateurs

ARM cartonne également dans les smartphones et tablettes. L’arrivée des puces 64 bits permet de relancer ce marché, avec de nombreux nouveaux produits présentés par des constructeurs comme Asus, Huawei, HTC, LG, Lenovo, Oppo, Samsung ou encore Xiaomi. Et la société a déjà présenté son offre dédiée aux smartphones de haut de gamme de 2016. Voir à ce propos notre article « ARM Cortex-A72: les smartphones embarqueront 16 cœurs 64bits à 3 GHz ». Les Cortex-A72 ont d’ores et déjà été adoptés par HiSilicon, Mediatek et Rockchip.

L’arrivée d’ARM dans le monde des serveurs applicatifs se fait en partie via la montée en puissance des systèmes de stockage réseau. Les NAS en Cortex-A15 proposent en effet suffisamment de puissance pour remplacer les serveurs d’entrée de gamme. QNAP et Netgear utilisent aujourd’hui des puces Cortex-A15 dans certains de leurs NAS. Voir l’article « Les puces ARM d’Annapurna Labs s’invitent dans les NAS »).

C’est toutefois avec des composants 64 bits qu’ARM devrait sortir du marché des NAS et des microserveurs pour aller vers celui des serveurs plus classiques. Des processeurs pouvant intégrer jusqu’à 48 cœurs sont en cours de mise au point chez les concepteurs de puces. Notre précédent article « Bataille de coeurs pour les puces serveur ARM 64 bits » fait la synthèse sur les avancées en cours en la matière.

Nous apprenons aussi que les ThunderX à 48 cœurs (2,5 GHz) de Cavium seront utilisés par Cray dans le cadre de futurs supercalculateurs. Le géant américain va ainsi lutter à armes égales avec IBM, qui utilise lui aussi des technologies issues du monde de l’électronique embarquée (des PowerPC) au sein de ses clusters.

À lire aussi :
Amazon va armer AWS avec les puces d’Annapurna Labs
CES 2015 : Mediatek multiplie les marchés pour ses offres ARM
Nvidia présente le plus puissant des composants ARM, le Tegra X1
Orange Silicon Valley pousse un serveur ARM 1U à 23 téraflops
Qualcomm va investir le marché des serveurs ARM
ARM : la BeagleBoard passe au Cortex-A15


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur