Accoona, moteur de recherche ‘intelligent’, sort de l’ombre

Régulations

Encore une start-up prometteuse? Plus que cela, peut-être. Cette jeune pousse, dont le président n’est autre que Eckhard Pfeiffer, ex-président de Compaq, pourrait être un nouvel Overture (Yahoo), avec des technologies d’intelligence artificielle en plus…

Accoona? Une jolie histoire, un peu exotique -ce nom signifie : sois heureux, ne te bile pas! en langue swahili (Tanzanie, Kenya). La jeune firme compte une centaine de salariés, répartis entre New York et Delaware, New Jersey.

Elle a été fondée par Armand Rousso (cf. photo) qui avait créé, il y a une douzaine d’années, ISEC, l’un des tout premiers sites d’enchères à la façon d’eBay. En 2003, ce consultant entrepreneur soumet à l’agence de presse officielle China Daily, basée à Pékin, le projet d’investir dans le développement de technologies de recherche de données sur le Web. Le partenaire chinois prend alors 10% du capital. Ce n’était pas une “première”: car en 2000 et 2001, un premier partenariat financier avec cette agence chinoise avait conduit à la création d’une petite société 3XD, qui propose des sites Web dessinés en 3 dimensions. Ce partenaire chinois est officielement motivé par tout ce qui peut faciliter et accélérer les échanges entre l’économie chinoise et le reste du monde. Au sein de cette société de droit américain, soutenu par cet investisseur /partenaire chinois, “80% de la créativité serait d’origine française“, se félicite Armand Rousso, ce parisien souvent émigré à New York. Environ la moitié des effectifs est constituée de développeurs. Le moteur de recherche a été introduit officiellement sur le marché en décembre 2004. “C’est un produit d’intelligence artificielle“, explique Armand Rousso. “Il lance des recherches par mots clés mais en cherchant également des synonymes ou des ‘radicaux’ dont la sémantique est proche, objectivement apparentée). En outre, sur les quelques mots qui constituent la requête, il est possible de mettre une pondération ou “supertarget” Ce moteur de recherche existe déjà chez des partenaires comme le géant des annuaires Dun & Bradstreeet “En fin du 1er trimestre 2006, nous allons sortir une nouvelle version avec intelligence articielle permettant d’étendre la recherche sur tout le Web, mais également sur les disques des ordinateurs que l’internaute utilise.” Ce moteur de recherche existera prochainement en 7 langues, pour les pays européns suivants -Espagne, Portugal, Italie, Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni, et France. La caractéristique de cette jeune entreprise est de tenir un ancrage fort en Chine: www.accoona.cn a été ouvert en mai 2005, quelque temps après accoona.com. Dès les premiers mois, le chiffre d’affaires a été très significatif: de 6 millions de dollars en mai 2005, il a cru à 10 millions en août dernier. Son entrée en Bourse est prévue: Armand Rousso révèle qu’elle interviendra en 2006, à la fois à la Bourse de Londres et de Hong et qu’une communication officielle à ce sujet sera bientôt lancée. La valorisation boursière atteindrait déjà le milliard de dollars… Effet Google? Les développements ne s’arrêteront pas là, confie Armand Rousso. Ce passionné de jeux d’échecs (organisateur des matches médiatiques entre des champions russes -Kasparov, entre autres- et des ordinateurs- a fait développer une ‘toolbar’ (barre d’outils) comportant des modules anti-virus (de Symantec Norton) et un… jeu d’échecs. Introduite en juillet dernier, cette ‘toolbar’ existera début 2006 en anglais, en français et en chinois. Cette ‘toolbar’, gratuite, se justifie d’abord pour son champ de recherche sur des informations “business news“, une base de données colossales sur les chiffres clés des entreprises, issue principalement des bases Dun & Bradstreet (cf. l’annuaire Europages). Cette même ‘toolbar’ offrira bientôt des fonctions des téléphonie sur IP (VoIP, voice over IP) en mode “pay per call” -un service qui complétera ‘Accoona mail’, attendu pour avril 2006; ce service de messagerie aura la particularité, pour l’internaute, de fédérer plusieurs boîtes e-mail, avec une capacité d’1 Go par utilisateur, et de permettre une recherche efficace parmi ses e-mails ainsi fédérés en ligne. Il s’y ajoutera la possibilité de créer des ‘blogs’, un co-développement issu d’un partenariat avec le français BlogSpirit (Philippe Pinault). Un accord avec le portail Answer.com doit également permettre de développer les activités de commerce en ligne. Il s’y ajoute un comparateur de prix. Ce n’est pas tout. Un récent développement a fait l’objet d’un brevet: Poap ou ‘proprietary online advertising platform‘. Il s’agit d’une solution de publicité en ligne qui doit remplacer le mode ‘pay per view’ et ‘pay per click’. “C’est une nouvelle plate-forme, une nouvelle interface, un nouveau modèle économique“, soutient Armand Rousso. Son lancement est prévu pour avril 2006. Les plus grands portails et agences de publicité en ligne seraient déjà contactés… Opération de charité aux Nations Unies

Accoona ne néglige pas sa médiatisation. Le 14 novembre prochain au siège des Nations Unis à New York, en partenariat avec la Croix Rouge, la firme remettra des fonds destinés aux victimes les plus démunies des récents ouragans. Ces fonds auront été récoltés grâce à une vente aux enchères, sur e-Bay: il s’agira de tableaux du peintre Bernard Vidal -une dizaine de créations. L’acteur et comédien Gérard Depardieu a accepté de parrainer cette opération de “charity business”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur