Allègement de code et amélioration des performances au menu de Xen 4.5

CloudDSIEditeurs de logicielsLogicielsOpen SourceProjetsSécuritéVirtualisation

La nouvelle version de l’hyperviseur Xen entend améliorer les performances de virtualisation sur les architectures x86 et ARM.

« Si vous utilisez les noms de code, la version 4.5 de Xen devrait être nommée Panda au régime. » En fin de semaine dernière, la Linux Foundation a livré la dernière mouture de l’hyperviseur Xen. Comme le souligne la communauté sur le blog du projet, cette nouvelle version s’illustre par l’allègement de 63 000 lignes de code.

Un allègement qui s’accompagne de son lot d’innovations et d’améliorations visant à optimiser les capacités de l’hyperviseur pour les architectures x86 et ARM (et les plates-formes ARM, Intel et AMD) jusqu’alors critiqué pour son manque de performance et sa complexité. « L’effet d’amaigrissement du code de l’hyperviseur du projet Xen projet base de code augmente sa facilité d’utilisation, sa simplicité et l’innovation, assure les responsables du projet. Tout passe par le design qui constitue l’une des nombreuses mesures que nous allons continuer à prendre pour affiner notre cycle de développement et de livraison. »

Parmi les améliorations apportées, on notera que Xen supporte désormais la configuration dom0 sous environnement Linux sur les puces Intel. Dom0 exploite le mode PHV qui permet d’exécuter certaines tâches directement de manière matérielle et non plus virtuelle. « Cela signifie que Xen est en mesure de tirer parti des fonctionnalités matérielles contemporaines comme les extensions de machines virtuelles (VMX) pour accélérer considérablement l’exécution du domaine initial (dom0, NDLR). Au lieu de demander à l’hyperviseur de traiter certaines opérations, la dom0 peut exécuter des opérations nativement sans compromettre la sécurité », assure les responsables du projet.

1 To de mémoire vive

Les développeurs ont également amélioré la façon dont Xen 4.5 gère les interruptions en supprimant tout simplement les interruptions de maintenance, ce qui devrait améliorer, là aussi, le traitement des opérations.

Côté ARM, Xen est désormais en mesure de gérer jusqu’à 1 To de mémoire vive sur les processeurs 64 bits. Il peut également exploiter le firmware UEFI pour accélérer le démarrage du système sur un SoC ARM au même titre qu’avec l’environnement x86.

Le Xen Project souligne également que Xen 4.5 introduit RTDS, un support expérimental pour un ordonnanceur temps réel visant à répondre aux besoins de virtualisation de certaines industries comme l’automobile, et l’aviation où la gestion du temps réel est critique. « Xen veut jouer un rôle majeur sur ce terrain, et ce nouvel ordonnanceur nous le permettra. »

10 millions d’utilisations

Aux dires des responsables du projet, Xen serait déployés sur plus de 10 millions de machines dans le Cloud et les systèmes embarqués. « Nous sommes clairement sur le devant du marché sur les performance x86 et les mises à jours de l’architecture ARM, souligne Lars Kurth, président du Conseil consultatif du Xen Project. Cela profite à nos soutiens traditionnels pour qui une sécurité renforcée, la flexibilité et le multi-tenant sont nécessaires. Dans le même temps, la nouvelle version ouvre des possibilités pour l’hyperviseur dans le data mining, les drones, l’avionique, l’Internet des objets, et l’automobile. » Le projet Xen compte notamment Alibaba, Amazon Web Services, AMD, ARM, Cavium, Citrix, IBM Softlayer, Intel, Oracle, Rackspace et Verizon Terremark parmi ses soutiens et contributeurs.


Lire également
Faille critique dans Xen : les Cloud d’Amazon et de Rackspace sont touchés
Les puces ARM 64 bits ont leur hyperviseur


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur