Altitude Telecom déploie ses offres eSDSL à 20 Mbit/s

Réseaux

L’opérateur spécialiste du MPLS pousse les technologies SDSL dans ses derniers retranchements.

Altitude Telecom annonce le lancement prochain d’une nouvelle offre d’accès SDSL. Elle s’appuie sur l’évolution technologique de la norme G-SHDSL bis ou eSDSL. Celle-ci permet de faire évoluer la bande passante optimale de 8 à 20 Mbit/s symétrique sur quatre paires de cuivre. « La technologie n’est pas nouvelle en soi, explique Thibaud Lucas, responsable marketing de l’opérateur, mais il y avait un point bloquant de la part du régulateur qui voulait vérifier et valider la possibilité d’appliquer la technologie sur le réseau téléphonique français. »

L’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) ayant donné son feu vert en février 2009, il restait aux constructeurs de fournir les équipements et à Altitude de fignoler son offre. Une fois lancée, son déploiement devrait être rapide. « Nous avions pris soin de disposer des équipements ‘eSDSL ready’, il faut juste brancher une carte et apporter une petite mise à jour logicielle pour supporter la technologie. C’est transparent pour notre infrastructure », assure le responsable. Côté client, les modem-routeurs relativement récents supportent d’office l’eSDSL. Ce qui va permettre d’assurer la continuité de service sans intervention sur site.

Le SDSL atteint ses limites

L’offre eSDSL va donc permettre de répondre aux besoins d’évolution des clients, actuels ou futurs, qui n’ont pas les moyens ou la possibilité de se tourner vers la fibre optique. « L’eSDSL va grandement simplifier l’évolution pour nos clients », assure Thibaud Lucas. Elle s’adresse essentiellement aux grosses PME et grands comptes multi sites qui profitent déjà, notamment, de l’offre phare de VPN MPLS d’Altitude Telecom et de ses services d’hébergement. « Beaucoup de clients grands comptes doublent les débits tous les deux ans. »

Thibaud Lucas reconnaît cependant que la technologie DSL sur paire de cuivre atteint ses limites avec l’eSDSL, notamment en regard des distances d’éloignement entre le point de terminaison et le répartiteurs de l’opérateur (fixé à 6,7 kilomètres environ). Mais l’opérateur voit le SDSL et ses dérivés comme complémentaire à la fibre qui animera, à terme, le réseau de communication (« Nous vendons deux à trois fois plus de fibre qu’en 2008 », précise Thibault Lucas).

La meilleure technologie au meilleur prix

L’existence du SDSL devrait ainsi perdurer pour des besoins de sécurité de service. « La technologie primaire d’aujourd’hui est la roue de secours de demain », affirme le responsable. Quant à l’augmentation des coût qu’elle induit, l’opérateur constate que « plus la qualité service télécom est là, plus le client l’utilise, la productivité est directement impactée. S’il dispose d’une offre redondante, il va l’utiliser pour travailler plus vite ». Proposée en 1, 2, 4, 5, 8, 10 et 20 Mbit/s (selon les besoins du client ou de la qualité de sa ligne), les offres démarrent à 100 euros HT.

Pour le moment, l’offre eSDSL se limite au Nord-Ouest de la France et à la région parisienne. Des zones où Altitude a déployé son infrastructure en propre (notamment avec le déploiement de plus de 300 km de fibre optique en région parisienne en 2009). Ce qui permet à l’opérateur d’assurer la qualité de service et la diversité des offres. « Le but est de proposer la meilleure technologie au meilleur prix », rappelle Thibaud Lucas. En 2010, le spécialiste du MPLS poursuivra ses gégroupages en France Où? « On se concentre sur fortes zone de chalandise », consent le responsable sans plus de précision. De métropoles à n’en pas douter. Pour l’heure, l’offre eSDSL doit voir le jour avant le 15 décembre prochain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur