Apple a vendu 2 millions d’iPad… mais pas en France

Logiciels

Sorti le 28 mai en France, l’iPad détruit tout sur son passage. Plus vendue que l’iPhone, la tablette s’est écoulée à 2 millions d’exemplaires en 60 jours aux Etats-Unis. La crise, quelle crise ?

Super vague, ras de marée, tsunami. L’iPad c’est un peu à tout cela à la fois. Depuis sa sortie le 3 avril aux Etats-Unis, la tablette dernier-cri s’est écoulée à 2 millions d’exemplaires en 60 jours. Des chiffres made in Apple bien sûr.

Mais, si la tablette aux mille vertus (combiné de baladeur, de lecteur multimédia et d’ordinateur) s’est visiblement très bien écoulée outre-Atlantique, il est impossible ce 31 mai, trois jours après la sortie européenne de la tablette d’avoir une estimation des ventes en France. Pas d’estimation pour la France, et pas non plus d’estimation dans les huit autres pays tout juste détenteurs de l’iPad, l’Australie, le Canada, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, l’Espagne, la Suisse et le Royaume-Uni.

En juillet, l’iPad débarque en Autriche, en Belgique, à Hong Kong…

Après trois jours de ventes, Apple ne communique pas, mais les analystes, eux, s’y préparent. A l’image de la société d’études GfK. « Nous n’avons pas encore de chiffres,rapporte dans la matinée Raphaël Couderc, porte-parole de la société,car nous travaillons sur des bases hebdomadaires ou mensuelles ». Pas encore, mais bientôt.

Et peut-être découvrira-t-on que ces chiffres sont exagérés ? Car, comme le disait, Jacques Noirbent, responsable commercial du cabinet iSuppli France, il «faut rester prudent avec les chiffres avancés par Apple ». De toute façon, si les deux millions ne sont pas encore atteints, ils le seront irrémédiablement puisque la tablette sort au mois de juillet en Autriche, en Belgique, à Hong Kong, en Irlande, au Luxembourg, au Mexique, aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande et à Singapour.

Apple crane évidement. « Un million d’iPad en 28 jours : c’est moins de deux fois que les 74 jours qui avaient été nécessaires pour atteindre ce jalon avec l’iPhone », s’était félicité Steve Jobs début mai. Ceux qui avaient émis des réserves d’un point de vue financier, crise oblige ( le joujou coûte tout de même 499 euros, pour le premier prix) n’avaient pas prévu le pouvoir d’attraction de cette tablette.

Les gros titres sur la marque à la pomme seront encore légion dans quelques semaines puisque le 7 juin débute à San Francisco la WWDC 2010, la conférence dédiée aux développeurs de la firme. La grande messe qui verra peut-être sacrer le nouvel iPhone 4, le héros de l’ iPhonegate, dérobé dans un bar…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur