Apple, Cisco, Citrix et consorts blacklistés des achats IT étatiques Chinois

MobilitéRégulationsRéseauxSécuritéSurveillance

L’administration centrale chinoise va devoir se passer de certaines marques pour ses dépenses IT. Pékin a en effet écarté des poids lourds américains comme Cisco, Apple ou Citrix. Un effet post Snowden ?

Voilà qui ne va pas réconcilier les deux frères ennemis que sont La Chine et les Etats-Unis. Le gouvernement de Pékin a dressé une liste des entreprises IT et de leurs produits autorisés pour les administrations centrales. Or, depuis quelques années cette liste fait de plus en plus la part belle aux acteurs locaux et un peu moins aux sociétés étrangères. Selon Reuters, la dernière mouture de cette liste écarte plusieurs compagnies américaines et non des moindres. Cisco, Apple, Intel, McAfee et Citrix. Dans le cas de Cisco, le fil d’actualité rappelle qu’en 2012, la firme pouvait proposer 60 produits, mais rien en 2014.

Derrière cette mise sur la touche, il faut y voir les conséquences des différentes révélations sur l’espionnage massif des américains à travers les documents d’Edward Snowden. Les échanges entre Washington et Pékin se sont tendus depuis quelques années sur ces questions de piratage et d’espionnage, chacun s’accusant mutuellement de tous les maux. En représailles, le pays du Milieu a augmenté la pression sur les sociétés IT américaines. En mai dernier, en plein pic d’affaires de cyberespionnage, Pékin a décidé de mener un grand audit des produits IT.

Protectionnisme et pressions multiples

Fruit de cet audit, la Chine a décidé de faire confiance à des fournisseurs locaux. La dernière liste de la centrale d’achat a vu le nombre de marque étrangère chuté d’un tiers et moins de la moitié sur les produits liés à la sécurité ont survécu. Le gouvernement multiplie aussi les taquineries administratives comme une procédure antitrust pour Microsoft, la demande de backdoors et de code source pour les solutions à destination des banques, etc.

Il reste que la Chine représente un marché colossal pour les dépenses IT (environ 466 milliards de dollars en 2015) et que les grands acteurs IT y compris américain n’hésitent pas à investir. Microsoft, qui a dû passer par un acteur local, 21Vianet, pour installer son cloud Azure en Chine (voir l’article « Le cloud Microsoft Azure s’attaque à la Chine »). Intel a pour sa part investi 1,5 milliard de dollars dans la société Tsinghua Unigroup, avec laquelle il commercialisera une nouvelle famille de SoC x86 (voir « Intel investit en Chine… pour mieux y vendre ses puces mobiles »). Plus récemment, c’est IBM qui s’est allié à Tencent pour aborder le marché chinois du cloud (voir « IBM s’allie à Tencent pour investir le marché chinois du Cloud »

A lire aussi :

La Chine bloque Gmail

La Chine, 1ere puissance économique très courtisée dans l’IT

Crédit Photo : Max Sattana-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur