Bourse : les télécoms, entre sourire et larmes

Cloud

Séance du vendredi 18 juillet : la Bourse se redresse, entre l’optimisme d’Ericsson et le pessimisme de Nokia

L’enchaînement des publications dans le secteur technologique, avec des perspectives décevantes, a refroidi le marché toute la semaine. Les résultats supérieurs aux attentes d’Ericsson, d’Intel, de Microsoft et de Philips n’ont pas suffi à compenser les inquiétudes sur AMD, Lucent, Motorola et Nokia.

A la Bourse de Paris, comme sur les autres places boursières, les valeurs technologiques ont pesé lourdement dans la balance. Sur la semaine, le CAC40 a perdu 0,29%, terminant sur la volonté affirmée de redresser la barre à la suite de New York, mais avec au final un retrait symbolique de 0,01% à 3.129,21 points vendredi. Wall Street a profité de la publication des bons résultats de Microsoft pour terminer la semaine sur un fort rebond. Le Dow Jones a progressé de 1,52% à 9.188,15 points, et le Nasdaq de 0,62% à 1.708,50 points. Si les valeurs traditionnelles se sont maintenues, avec un Dow Jones en progression de 0,7% sur la semaine, il n’en n’a pas été de même des valeurs technologiques, le Nasdaq ayant quant à lui perdu 1,47%. Les télécoms européennes jettent le chaud et le froid

Nokia tout d’abord, avec des perspectives pessimistes pour le troisième trimestre, alors que les résultats du finlandais au deuxième trimestre sont conformes aux attentes. Le suédois Ericsson ensuite, qui, malgré une neuvième perte trimestrielle, a fait mieux que prévu en stabilisant son déficit, et en remontant ses perspectives pour les prochains trimestres. Le français Ingenico, premier fabricant mondial de systèmes de transactions et de paiement sécurisé, encaisse une chute de 27,4% de son chiffre d’affaires, à 160 millions d’euros au premier semestre, très en deçà des objectifs du groupe. Jean-Jacques Poutrel, son Président fondateur, a annoncé son départ à la retraite.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur