Bouygues Telecom propose une version limitée de son forfait illimité Neo 24/24

Cloud

Le nouveau forfait Neo 24/24 Eco limité offre une alternative économique intéressante pour les utilisateurs peu consommateur d’Internet et déjà équipés d’un smartphone.

Le mois d’août est visiblement propice aux révisions de forfaits chez Bouygues Telecom. Après avoir récemment annoncé un réajustement de son offre B&You, l’opérateur s’attaque aujourd’hui à son forfait pour gros consommateur de minutes de communication Neo 24/24. Rappelons que celle-ci propose les communications, SMS/MMS, Internet et mail en illimité. Et l’accès au réseau des hotspot wifi de l’opérateur.

A partir du 22 août et jusqu’au 16 octobre, le Neo 24/24 sera disponible en version «éco» limitée pour 64,90 euros par mois (ou 44,90 dans le cadre de l’offre quadruple play Ideo 24/24). Soit une substantielle économie face aux 89,90 euros mensuel du forfait équivalent «classique», ou encore aux 79,90 de l’actuelle version «éco» (non limitée). Une bonne affaire, donc. Sauf que quelques différences subsistent.

D’abord, l’offre s’adresse aux clients qui n’ont pas besoin de renouveler leur terminal et se contenteront simplement d’une nouvelle carte SIM. Ce qui n’enlève rien à la période d’engagement de 24 mois (ou 12 mois avec un surplus de 5 euros par mois). Ensuite, l’offre Internet se limite à 500 Mo au lieu des 2 Go du forfait initial. Au delà de ce seuil, le débit est simplement réduit et la navigation Internet devient… insupportable. Enfin, le service de télévision sur le smartphone est absent, tout comme la messagerie vocale visuelle.

Rien de rédhibitoire et une occasion à saisir pour qui surfe modérément depuis son téléphone, ne prête pas attention aux programmes TV mais a d’énormes besoins en matière de communication vocale. L’illimité mobile pourrait d’ailleurs bien devenir une offre de base à terme. C’est en tout cas la tendance que tend à donner la segmentation des offres illimitées ces derniers temps, avec ou sans engagement, portable ou support. Chez Bouygues Telecom, du moins.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur