Projet Dell Ophelia : un mini-PC Android comme client léger

OS mobilesPoste de travail
dell-ophelia-mini-pc-android-client-leger

Dell dissipe le brouillard autour du dénommé Ophelia, ce mini-PC Android survitaminé avec des technologies issues du rachat de Wyse, spécialiste du client léger.

Le brouillard se dissipe progressivement autour du Projet Ophelia, du nom de ce mini-PC Android que Dell présente sous deux facettes : pour les entreprises, un client léger économique ; pour le grand public, un media center d’appoint ou une set-top box alternative.

Toute l’électronique est concentrée dans un boîtier du gabarit d’une clé USB (9 x 4 cm), connectable à tout moniteur doté d’une interface HDMI. Peu volumineux, auto-alimenté via la technologie MHL (Mobile High-Definition Link) et opérationnel en quelques secondes avec un système d’exploitation frugal en ressources, le produit est voué, sinon à remplacer, tout du moins à complémenter une tablette numérique pour remplir certaines tâches, en environnement privé ou professionnel.

Révolution ARM

Son hardware proche des terminaux mobiles s’articule autour d’un processeur ARM (très certainement bi ou quadricoeur), avec une connectivité Wi-Fi et un accès à Google Play, assortis du Bluetooth pour y relier une souris et un clavier. Ainsi pourvu, Ophelia peut reconvertir tout écran en un ordinateur connecté, avec un affichage Full HD 1080p et un OS résident.

Mais avec un tarif de base annoncé à 100 dollars alors que de nombreux fabricants asiatiques inondent déjà le marché avec leurs mini-PC Android souvent affichés à moins de 50 dollars (Cotton Candy, gamme Roku, série MK de Rikomagic…), Dell n’a ni la primauté du concept, ni celle des tarifs. Le constructeur texan adopte néanmoins une stratégie commerciale particulière, avec cette approche segmentée entre deux univers.

Le PC change de forme

En entreprise, Ophelia servira de client léger pour accéder aux ressources réseau. Avec ses 8 Go de mémoire interne, extensibles de 32 Go via une carte microSD, il s’inscrit dans une logique d’adoption du BYOD (“Bring Your Own Device”, ou l’utilisation de terminaux personnels à des fins professionnelles), offrant, dans un facteur de forme ultra-nomade et peu énergivore, un espace de stockage confortable aux salariés. En toile de fond, le secteur de l’éducation, où les restrictions budgétaires et la percée timide des Chromebooks de Google laissent une ouverture.

C’est en ce sens que Dell travaille en étroite collaboration avec les développeurs. Des applications dédiées devraient voir le jour en conséquence. Pour l’heure, à défaut d’interaction tactile, des travaux sont en cours sur un système de saisie et de pointage sans clavier ni souris. Il est également question, à destinations des DSI, d’outils d’administration distants tirés de la suite Cloud Client Manager et d’un utilitaire d’accès aux bureaux distants, Pocket Cloud, hérité du rachat de Wyse.

Le grand public est lui aussi dans le collimateur. Console de jeux, terminal de navigation Internet, jukebox numérique, centrale de vidéo à la demande… Ophelia a plusieurs visages. Sa commercialisation s’effectuera cependant, dans un premier temps, sur un modèle indirect, via les fournisseurs d’accès et les chaînes télévisées. La vente en direct suivra au cours de l’été, sur la boutique en ligne de Dell.

Crédit photo : Dell

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous l’histoire de Dell ?

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur