Ultrabook : Dell présente ses ultrabooks XPS 14 et 15

Poste de travail
ultrabook Dell XPS 14

Dell joue de pirouettes pour se réfugier sous la bannière des ultrabooks avec les ordinateurs portables XPS 14 et 15, très autonomes, mais dont la silhouette est plus proche des laptops que des ultraportables.

Toujours aussi inspiré par le design des MacBook d’Apple, Dell enveloppe d’un gris métallisé caractéristique ses nouveaux ordinateurs portables XPS 14 et 15, successeurs de l’illustre XPS 13 et ultrabooks dans la lettre plus que l’esprit.

Malgré l’essence prétendue, la silhouette ne trompe guère. Du XPS 14 et ses 21 mm d’épaisseur pour 2,1 kg, au XPS 15 et ses 3,2 kg, le gabarit laisse davantage penser à des laptops conventionnels. Mais Dell peut bel et bien se targuer de perpétuer l’héritage des ultrabooks, pour une raison simple : celle de s’en tenir aux spécifications originelles d’Intel. Démarrage rapide, technologie de protection antivol, autonomie supérieure à 5 heures et châssis conforme aux exigences… tout est là pour arborer fièrement le sceau distinctif.

À la recherche de l’autonomie perdue

Premier de cordée, le XPS 14, affiché à 1099 dollars (environ 1050 euros TTC), tiendrait 11 heures sur une seule charge, malgré son écran de 14 pouces en 1600 x 900 points avec rétroéclairage WLED et luminosité à 400 cd/m². Une performance notable alors que l’offre actuelle plafonne davantage aux alentours des 7 à 8 heures d’autonomie.

Le recours au stockage hybride (disque dur de 500 Go et SSD m-SATA de 32 Go pour le cache) n’y est sans doute pas étranger, au même titre que la finesse de gravure du processeur Ivy Bridge : le XPS 14 embarque en standard un composant Core i5-3317U double cœur à 2,4 GHz, élaboré en 22 nm et doté de 3 Mo de cache. Dans cet esprit, Dell implémente un maximum de 8 Go de RAM DDR3-1600 peu énergivore (1,35 V) et laisse au rang des options la carte graphique Nvidia GeForce GT 630M à 1 Go de DDR5.

Deux XPS valent mieux qu’un

Constat analogue pour le XPS 15, un 15,6 pouces en Full HD dont la configuration hybride allie un disque dur pouvant atteindre les 1 To, associé à une mémoire flash NAND MLC de 32 Go à 128 Go en m-SATA. Une option tout SSD est disponible, moyennant supplément tarifaire. Hormis une mémoire vive poussée à 16 Go et une carte GeForce GT 640M à 2 Go dédiés, la connectique ne bouge pas d’un iota face au XPS 14 : deux ports USB 3.0, un Mini DisplayPort et un HDMI pour externaliser l’affichage, un Ethernet Gigabit et une connectivité sans fil qui combine Wifi 802.11n et Bluetooth 4.0.

À noter néanmoins que les deux machines embarquent des dalles brillantes. Pensé pour immuniser l’ensemble contre les chutes, le revêtement Gorilla Glass aurait tendance à accentuer les reflets en condition de forte exposition lumineuse. En outre, le clavier de type chiclet à touches légèrement biseautées conserve le pavé directionnel ramassé typique des ultrabooks. Dell a préféré laisser s’exprimer le potentiel d’un généreux pavé tactile multipoint aux boutons pour le moins discrets.

C’était déjà le cas avec le XPS 13, ancré en milieu de gamme depuis le mois de mars et son arrivée en rayons pour 999 dollars. Le concurrent du HP Folio 13 et des Acer Aspire S a connu un certain succès avec ses processeurs Core i5 bicœurs en Sandy Bridge, son écran de 13,3 pouces en 1366 x 768 points et ses 4 Go de RAM. L’absence d’une interface Ethernet, d’une sortie HDMI et d’un port VGA n’a pas semblé contrarier la donne.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur