Dossier : l'open source au centre de l'offre logicielle de Sun

Logiciels

Dans ce dossier, nous allons faire le tour des technologies ‘open source’ les plus populaires de Sun Microsystems. Cet article sur 8 pages est émaillé de commentaires des responsables de la compagnie

Chapitre 2 : Une stratégie ancrée dans l’histoire de la compagnie

Nous avons eu l’opportunité de parler avec Simon Phipps, chief open source officer and director, Sun Microsystems. Il rappelle tout d’abord que l’open source a toujours été présent chez Sun. Le premier Unix de la compagnie, SunOS, était effectivement basé sur un système BSD.

Même s’il n’était pas lui-même disponible sous une licence open source, Sun avait alors pris l’habitude de participer au développement de logiciels libres. Ce coup de main gracieux à la communauté des développeurs perdure depuis, la firme étant un gros contributeur sur certains projets open source, comme les outils Mozilla ou le noyau Linux.« Nous sommes aujourd’hui dans le trio de tête des compagnies participant le plus au développement des logiciels libres », estime Simon Phipps.

simonphipps.jpg

Ce n’est toutefois que depuis environ quatre ans que la compagnie affiche ouvertement une stratégie open source, « mais ne vous trompez pas : ce qui compte ce n’est pas la gratuité des logiciels, mais la liberté », précise notre interlocuteur. « Dans la pratique, dès qu’un système entre en production, le support et la maintenance sont toujours nécessaires et ne sont jamais gratuits ».En quoi la liberté apportée par les logiciels libres est-elle importante ? Tout simplement dans le fait que la maintenance peut être assurée directement par les techniciens du client, ou par un prestataire autre que Sun. La liberté réside donc surtout dans la présence d’un choix.

Évidemment, d’autres effets peuvent être constatés : depuis que Java est passé sous licence open source, toutes les distributions Linux l’intègrent en standard. De même, OpenSolaris a permis de faire grimper les parts de marché de cet OS sur les machines ‘non SPARC’.

L’open source est également générateur d’opportunités. Son coût d’acquisition nul permet une intégration dans des produits très spécifiques. Wikimedia vient ainsi de basculer vers la plate-forme Open Storage de Sun (sous OpenSolaris). Ceci résume bien la philosophie de la compagnie : « certains pensent que Sun ne progresse pas, car ils constatent que nous ne nous focalisons pas sur les marchés en pleine croissance. Or, c’est par l’innovation que nous créons des marchés et de la valeur. Ce qui a été réalisé avec Java, pourra l’être avec d’autres technologies émergentes, comme OpenSolaris ou l’OpenSPARC. »

Retour au sommaire

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT