Emploi : les salariés de l’IT croulent sous les heures sup’

DSIProjetsRégulationsSSII

En France, les informaticiens font partie des salariés qui estiment faire le plus d’heures supplémentaires non rémunérées, rapporte ADP (Automatic Data Processing).

Certaines professions, dont celle d’informaticien, sont plus exposées que d’autres aux heures supplémentaires non rémunérées. C’est en tout cas le ressenti de salariés interrogés dans le cadre de l’étude « The Workforce View in Europe 2019 » de la firme ADP.

L’enquête a été menée auprès de 10 585 salariés en Europe*, dont 1410 en France. Près de 60% déclarent effectuer des heures supplémentaires non rémunérées. Dans l’Hexagone, la moyenne serait de 4h37 travaillées par semaine sans contrepartie.

Une moyenne orientée à la hausse dans certains domaines d’activité.

IT, BTP, Éducation

Les salariés des technologies de l’information (TI/IT) et des telécoms (52,7%), avec ceux des BTP (59,3%) et du secteur éducatif (53%), effectueraient le plus d’heures supplémentaires sans contrepartie en France. 21,5% des professionnels de l’IT disent même travailler plus de 10 heures supplémentaires hebdomadaires sans contrepartie financière.

Secteurs où les salariés feraient le plus d’heures supplémentaires non payées

C’est dans la région Île-de-France, qui propose à certains les salaires les plus élevés du pays, que les salariés pensent faire le plus d’heures de travail non rémunérées.

Régions où les salariés feraient le plus d’heures supplémentaires non payées

Le Sud de la France, de son côté, affiche le taux le plus élevé de travailleurs qui indiquent faire régulièrement plus de 10 heures supplémentaires par semaine non payées…

*France, Allemagne, Espagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Suisse et Royaume-Uni.

(crédit photo de une © Ollyy / shutterstock)

Lire aussi :

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur