En 2008, moins d’acquisitions dans les services informatiques en France

Cloud

Le nombre des rachats s’inscrit en légère baisse par rapport à 2007

Durant l’année écoulée, la valse des fusions-acquisitions dans le secteur des services informatiques, a connu un net ralentissement, selon Les Echos qui cite une étude réalisée par AP Management.

Le dernier baromètre établi par le cabinet fait état d’ “un coup de frein très marqué qui a brisé net la dynamique enclenchée à partir de 2004 et fait apparaître l’exercice 2008 comme un millésime très moyen, légèrement inférieur à la moyenne annuelle sur 12 ans égale à 57 cessions“, souligne le président d’APM, Pierre-Yves Dargaud, cité dans le communiqué.

“54 sociétés auront changé de contrôle en 2008, contre 95 en 2007 et 83 en 2006, pour un volume de 806 millions d’euros” précise le baromètre. Le contexte économique, incertain, a poussé les sociétés, peut-être désireuses de réaliser une acquisition, à éviter les grosses dépenses ou à reporter leurs projets.

En 2008, dans le secteur des éditeurs de logiciels, le marché américain des fusions-acquisitions a été marqué par une opération record : le rachat d’EDS par HP pour la somme de 13,9 milliards de dollars. Une acquisition qui a transformé le premier fabricant mondial de PC en titan des services informatiques.

Si en France, aucun rachat de cette envergure ne s’est produit, la concentration dans le secteur des logiciels s’est poursuivie. Plus de 50 opérations ont été recensées au cours de l’année 2008, soit 16% de plus qu’en 2007. Certaines opérations ne manquaient pas d’envergure, en témoignent notamment les rachats d’Ilog par IBM pour la coquette somme de 215 millions d’euros ainsi que l’acquisition de GL Trade par SunGard. Au total, le chiffre d’affaires cumulé des rachats a atteint 1,36 milliard d’euros.

L’étude précise également que les entreprises concernées par les opérations de rachat étaient généralement de petites tailles, d’une valeur inférieure à 13 millions d’euros. Les acteurs internationaux ont, quant à eux, été particulièrement actifs.

Si en 2009, les acquisitions devraient connaître un certain ralentissement, la consolidation devrait quand même se poursuivre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur