Firefox OS répète ses gammes sur le Raspberry Pi

Poste de travail

Pilier de la révolution ARM, le Raspberry Pi a déjà pour lui des portages d’Android (Cyanogenmod) et de la Debian. Nouvel invité, Firefox OS, à l’initiative d’un développeur de la maison Nokia.

Basé sur l’alliance du noyau Linux et du moteur Gecko, articulé autour des technologies HTML5, y compris pour les applications natives, Firefox OS rend visite au Raspberry Pi, en avance sur un calendrier qui faisait état d’un premier déploiement à l’horizon 2013, sur les smartphones.

Ce portage inopiné serait l’œuvre indépendante du dénommé Oleg Romashin, un développeur de la maison Nokia. Davantage impliqué dans l’écosystème Windows, l’intéressé aurait mené sa barque en parallèle et misé sur l’adaptabilité du logiciel pour composer avec les limites techniques du Pi (256 Mo de RAM, processeur ARM11 à 700 MHz, etc.) et compiler une version fonctionnelle de Firefox OS qui puisse consommer un minimum de ressources système.

Un premier jet stable… à défaut d’être fluide

Il convenait en premier lieu de s’accommoder d’un CPU autre que les Snapdragon de Qualcomm, officiellement les seuls intégralement pris en charge pour l’heure. Éloquente à cet égard, la vidéo de démonstration est surtout encourageante à plus d’un titre.

La fluidité d’exécution n’est pas encore tout à fait au rendez-vous, mais l’ensemble fait preuve de stabilité, comme en témoignent l’interface utilisateur, la mosaïque d’applications et quelques modélisations graphiques dont une animation WebGL à 60 images par seconde. Amiga OS a sa balle rouge et blanc ; Windows, ses fenêtres défilantes. Firefox OS leur préfère, en guise d’emblème, une théière rotative.

À l’heure où le progrès technologique tend à laisser sur le carreau les configurations vieillissantes, Oleg Romashin met les mains dans le cambouis (un premier tarball de 21,6 Mo est disponible sur son site), offre un peu plus de grain à moudre aux développeurs et ouvre des perspectives à foison pour le consommateur, qui pourrait retrouver l’usage, même sommaire, de machines modestes, grâce à des environnements de travail optimisés.

Tremplin pour Mozilla dans sa conquête des plates-formes mobiles, Firefox OS se révèle là un usage inattendu. Il fait suite à la distribution Raspbian, portage de Debian Wheezy mis à disposition fin juillet pour tirer pleinement parti du coprocesseur arithmétique du Raspberry Pi. Dans la foulée, Android a pris ses quartiers d’été sur « l’ordinateur à 35 dollars », avec des adaptations des versions Gingerbread 2.3 et Ice Cream Sandwich 4.0, toutes deux basées sur Cyanogenmod.

Crédit image : © Raspberry Pi Foundation


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Êtes-vous un expert du navigateur web Firefox ?

Plus de vidéos…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur