France: trois fois plus d’abonnés VoIP, 10,5 millions d’abonnés ADSL

Régulations

Le volume des communications émises sur des accès IP représentait 14% de l’ensemble du trafic au départ de lignes fixes. Le dernier Observatoire de l’Arcep confirme également le recul continu des communications fixes

Le premier trimestre a été particulièrement profitable aux services de télécommunications fixes, internet et mobiles, selon l’Observatoire de l’Arcep, le gendarme des télécoms.

Sur la période observée, le chiffre d’affaires global du secteur a progressé de 3,5% à 7,9 milliards d’euros. Le principal contributeur reste la téléphonie mobile dont les revenus ont engrangés 6,1% sur un an pour atteindre 4.082 millions d’euros.

Le nombre d’abonnés progresse de 8,1% pour atteindre 48,6 millions, dont 63,9% de forfaits contre 62% un an auparavant, soit une croissance qui demeure soutenue, souligne l’Arcep.

Mauvaise surprise néanmoins, le parc d’abonnés multimédias (GPRS et UMTS) se replie d’un trimestre à l’autre: -4% avec 13,5 millions de clientrs contre 14,1 millions au quatrième trimestre 2005.

Mais c’est Internet qui récolte la palme de la plus belle progression avec un bond du chiffre d’affaires de 24,3% à 887 millions d’euros.

Les offres ADSL continuent à séduire: on comptait 10,5 millions d’abonnés à internet haut débit fin mars soit une hausse de 42,9% sur un an. Le haut débit représentait 75% du nombre d’abonnements à internet et 83% des revenus.

L’ADSL reste le mode d’accès ultra-dominant avec 9,9 millions d’abonnés (+44%). Le câble progresse de 21% en un an avec 600.000 abonnements mais ses revenus se replient de 12% face à la concurrence acharnée de l’ADSL. Les autres accès ne représentent que 5.000 abonnements (+17%)

Le nombre de lignes totalement dégroupées s’accélère fortement et atteint près d’un million, en hausse de 500,8% et celui des lignes partiellement dégroupées a progressé de 18,6% à 2,2 millions.

La téléphonie fixe continue sa dégringolade: -4,6% à 2.889 millions d’euros. Les revenus de la téléphonie fixe (abonnements et communications) sont en baisse de 4,6% sur un an alors que le volume est orienté à la hausse (+3,3% hors publiphonie et cartes). L’augmentation du prix de l’abonnement téléphonique n’a pas totalement compensé les baisses de tarifs des communications sur bande étroite et les offres d’abondance sur large bande. Mais cette chute est compensée par l’essor de la VoIP.

Le bon vieux fixe est de plus en plus concurrencé par la téléphonie sur Internet. La VoIP rassemble 4,2 millions d’abonnés contre 1,5 million un an auparavant. Le volume des communications émises sur des accès IP représente déjà 14% de l’ensemble du trafic au départ de lignes fixes.

A la fin du premier trimestre 2006, plus de 10% des abonnements à la téléphonie fixe (soit 4,2 millions d’abonnements contre 1,5 million il y a un an) sont des abonnements à des services de voix sur IP.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur