Gigabyte réinvente le disque dur ?

Réseaux

i-RAM est un disque de stockage basé sur des composants rapides DDR SDRAM. Une alternative aux disques durs, à condition de se limiter temporairement à 4Go

A quoi peut bien servir un disque de stockage dont la capacité est réduite à 4 Go et la durée de sauvegarde n’est que de quelques heures ?

Gigabyte propose une alternative au disque dur avec i-RAM, une carte PCI qui dispose de quatre connecteurs DIMM pour accueillir jusqu’à 4Go de barrettes DDR SDRAM en 200, 266, 333 ou 400 Mhz. Sur un PC, la carte est reconnue comme un disque dur Serial ATA (SATA). D’ailleurs i-RAM se connecte à l’aide de son propre câble SATA. Le bus PCI ne sert donc qu’à l’alimenter. Quant au composant FPGA (Field-programmable gate array) de Xilink Spartan, il transforme les instructions SATA en requêtes mémoire ‘read and write‘. La mémoire DDR est volatile. Une fois l’ordinateur coupé, en l’absence d’alimentation son contenu disparaît. Gigabyte a placé dans i-RAM une batterie en 1700mAh qui lui apporte une énergie d’appoint pour 10 à 16 heures. Passé ce délai, les données sont perdues, définitivement. Alors, nous reposons la question, à quoi peut servir une extension de stockage au volume limité et à la durée de vie active réduite ? A supporter le partitionnement de la mémoire et de disque virtuel proposé par la plupart des systèmes d’exploitation et par certaines applications. Ces fonctionnalités se heurtent à la faiblesse de la mémoire RAM, volatile et de faible capacité. Gigabyte propose donc de laisser à la RAM sa mission de mémoire à court terme, et d’adopter avec i-RAM un outil de stockage temporaire. Mais la principale avancée de i-RAM pourrait se mesurer dans quelques mois, avec la sortie de Windows Vista. Le futur système d’exploitation de Microsoft est annoncé pour un chargement de l’ordre de quelques secondes, environ 5. Mais il semble difficile de tenir des délais aussi réduits sans l’appui du hardware ! Ainsi, Microsoft travaillerait avec Samsung au développement d’un ‘disque dur flash‘, un disque dur classique équipé en supplément d’une mémoire ‘flash’. Expérimenté sous Windows XP, le démarrage (boot) du système d’exploitation serait réduit au treizième du temps de boot d’un disque dur SATA en 7200rpm. i-RAM pourrait donc représenter une sérieuse alternative à la solution ? qui s’annonce onéreuse ? des disques durs ‘flash’, même si son usage est temporaire. Intégrer une carte dans un slot PCI est aussi une solution de boot et de disque virtuel par une mise à niveau hardware qui évite de toucher au stockage, et donc de changer les disques. Enfin, une voie reste peut être à explorer sur la sécurisation des flux de données, i-RAM est compatible avec le standard de disque RAID.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur