Google et Apple : les liaisons dangereuses

Cloud
Du rififi dans le nuage entre Amazon et Google

La présence d’Eric Schmidt, patron de Google, au sein des deux conseils d’administration a attiré l’attention des autorités de la concurrence.

Google et Apple seraient-ils trop proches ? Perplexe, l’autorité américaine de la concurrence, la FTC (Federal Trade Commission), vient de lancer une enquête pour faire la lumière sur les rapports qu’entretiennent les membres des conseils d’administration des deux sociétés, selon une information du New York Times.

En effet, Eric Schmidt, patron de Google, et Arthur Levinson, ancien p-dg de Genentech, sont tous deux présents dans les conseils d’administration des deux groupes. Or, une loi américaine interdit la participation d’une même personne dans les conseils d’administration d’entreprises rivales au motif qu’une telle situation présente des risques pour la concurrence. Rappelons que les deux sociétés, toutes deux propriétaire d’un navigateur Web (Chrome pour Google et Safari pour Apple), se sont également positionnées sur le marché de la téléphonie mobile avec des solutions distincts (iPhone pour Apple et Android avec HTC Dream pour Google).

Des membres des deux sociétés ont déjà accepté de répondre aux interrogations de la FTC sous couverts d’anonymat. Officiellement, ni la FTC, ni Apple, ni Google n’ont souhaité commenter la procédure.

Cette enquête intervient à un moment particulièrement délicat pour Eric Schmidt. Le patron de Google vient d’être nommé par le président américain Barack Obama à la tête d’un pool d’experts chargés de réfléchir sur la science et les nouvelles technologies.

Pour Apple, qui a longtemps accusé Microsoft et Intel (surnommé « Wintel », par Steve Jobs) d’écraser la concurrence, une enquête de ce type suscite des interrogations sur ses pratiques.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur