HTC : le cofondateur Peter Chou cède sa place à la cofondatrice Cher Wang

MobilitéProjetsRégulationsSmartphones

Malgré une amélioration des résultats ces derniers mois, HTC se sépare de son CEO Peter Chou pour remettre la société à flots. La présidente Cher Wang se met aux commandes.

L’avenir de HTC ne passera plus par Peter Chou, cofondateur de l’entreprise qu’il dirigeait en tant que CEO depuis sa création en 1997. Il est remplacé par Cher Wang, autre co-fondatrice, et présidente de la firme taïwanaise. Ce changement de direction vise à faire sortir du rouge le constructeur de smartphones qui enchaine les résultats financiers décevants au fil des trimestres. Peter Chou ne quitte néanmoins pas HTC où il officiera désormais en tant que responsable de l’innovation au sein du « Future Development Lab ».

« Les deux dernières années ont été mouvementées pour HTC et nous allons beaucoup mieux, confie Cher Wang, dans une interview accordée à Bloomberg et rapportés par ITespresso.fr. Il y a un an, je ne pensais pas que c’était le bon moment pour changer de CEO. » Après s’être brillamment illustré dans les terminaux Windows Mobile au cours de la précédente décennie, l’image de Peter Chou restera collée à celle du HTC Dream, nom du premier smartphone sous Android apparu en 2008. La firme taïwanaise avait réussi à percer sur ce marché ultra-concurrentiel. Y compris aux Etats-Unis où, au cours du troisième trimestre 2011, les ventes de terminaux HTC dépassait celles de l’iPhone d’Apple.

Une dégringolade sans retour

Mais après avoir atteint le firmament, la firme taïwanaise n’a cessé de dégringoler. Alors qu’elle atteignait une part de 2,4% sur le marché mondial de la téléphonie mobile (septième fabricant dans le monde selon Gartner), elle est tombée sous les 2% en 2014 et elle ne figure plus dans le top 10 des meilleurs vendeurs. En 2013, l’entreprise affiche même sa première perte annuelle.

Certes, la concurrence s’est élargie avec la puissance de feu du coréen Samsung, la ténacité de LG et la montée en puissance des constructeurs chinois comme Lenovo, Huawei ou Xiaomi. Et cela malgré sa volonté de couvrir les offres moyen et haut de gamme à l’image du dernier HTC One M9 présenté à l’occasion du Mobile World Congress 2015 de Barcelone. Sur le plan de l’innovation, le constructeur s’était par exemple illustré avec un nouveau capteur photo sur trois couches couleurs avec le HTC One M7 (abandonné sur les nouveaux modèles) ou bien en tentant l’aventure Facebook Home avec le First (sans succès).

Le constructeur cherche également à diversifier sa gamme de produits avec la caméra RE, cylindrique et sans écran, associée au modèle de smartphone Desire 820 (présenté en octobre 2014). Ou encore un bracelet intelligent conçu en coopération avec Under Armour et aussi un casque de réalité virtuelle développé en collaboration avec Valve pour des usages professionnels, notamment. Une diversification que Cher Wang aura la délicate mission de développer et lancer sur le marché de manière durable… et rentable.


Lire également
Les wearable devices sauveront-ils HTC ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur